Venise City-guide : mes bonnes adresses

 Hello mes chatons,

Après vous avoir raconté mon voyage à Venise dans les grandes lignes, voici à présent les adresses que j'ai aimé à Venise. Le petit problème de Venise est que c'est une ville hyper touristique, il y a donc d'excellentes adresses mais hélas il y a aussi des attrapes-touristes sans saveur ni âme. 
Quand je pars en voyage j'ai une obsession de l'authenticité, pour moi c'est hyper important que chaque minute de mon périple soit rempli le plus possible de ce que l'endroit en question a de plus authentique, de vrai, de sincère. Du coup je suis assez anxieuse avant de partir et je passe des heures à rechercher des bonnes adresses, pour ne pas me faire avoir.

Eh bien, malgré toutes mes précautions à Venise je me suis bien faite avoir le premier jour, premier repas ! Assez ironique, n'est-ce pas ? Il était tard dans l'après-midi, on avait hyper faim, et à ce stade là j'ai du faire une concession et manger dans un resto hors de ma liste... Ma pizza était infâme, et la leçon fut amère ! Alors la suite du séjour j'étais implacable : de l'authentique, per favore, ou rien ! 

Venise est donc redoutable pour vous faire miroiter pasta et pizza à tous les coins de rue, mais clairement tous les restaurants ne se valent pas. Concernant les prix il y a de tout, petits et grands budgets. Pour ce voyage j'avais surtout envie de tester les adresses populaires et nous avons été plutôt étonnés des prix pas du tout excessifs, surtout sii vous allez là où les vénitiens vont...

Ce qui m'a un peu troublée, trop habituée d'aller au Japon en voyage, c'était qu'à Venise il n'y a pas de queue. N'attendez surtout pas sagement votre tour : il n'arrivera pas. Il faut vraiment se sentir chez soi partout et avec un sourire crier très fort sa commande, histoire de couvrir le brouhaha animé des discussions passionnées dans le bar. Il ne faut vraiment pas le prendre mal si quelqu'un vous passe devant, ce n'est pas mal intentionné... c'est juste comme ça ! On défend sa place, et finalement ça a le charme typique de l'Italie : on est partout chez soi.

Attention néanmoins : à Venise il y a deux catégories de prix pour les consommations. Celles qui se prennent au comptoir sont toujours moins chères que si vous vous asseyez à une table. En effet, à Venise l'espace est précieux, et on vous le fait payer entre 1,50€ et 3€ (en plus de votre consommation et par personne), voire plus si vous allez sur la place San Marco (où les prix ridiculement élevés nous ont fait fuir !). Néanmoins, si vous allez dans les petits estaminets de quartier, où il n'y a que des Vénitiens, le prix sera le même, debout ou assis. Par contre attention, s'asseoir par terre à Venise est interdit. J'ai remarqué que c'était une interdiction flexible, dans la mesure où si c'est la nuit et en face d'un bacaro, il n'y a pas de problème. Le jour en revanche, je n'ai jamais vu un Vénitien s'asseoir par terre, ou manger assis sur des marches.

En ce qui concerne les régimes spéciaux, j'ai une colopathie fonctionnelle qui rend toujours la partie alimentaire des voyages compliquée à gérer. Mais à Venise je n'ai jamais été malade, et j'ai même pu manger plusieurs fois végétarien sans aucune peine. J'ai remarqué l'option sans gluten un peu partout, mais les options vegan étaient assez rares. Bref, à savoir si vous aussi vous avez un régime spécial. J'ai plutôt été ravie de la fraîcheur des ingrédients utilisés, les saveurs peu transformées et gorgées de soleil et de générosité. Venise fut un ravissement pour les papilles (sauf pour ce fichu premier restaurant raté) !

Les Bacari




La spécialité enchanteresse de Venise est le bacaro (bacari au pluriel), petit bar à vins et cocktails dans lequel on déguste du vin au verre ou à la bouteille tout en grignotant des cicchetti. Ce sont des petites bouchées avec des ingrédients frais et du terroir dessus, se mariant à la perfection avec les vins locaux. Le vin le plus fameux du Veneto, la région de Venise, est le prosecco. Les Vénitiens en sont très fiers, et même si son prix est nettement plus élevé (comptez entre 6 et 8€ le verre), l'expérience en vaut la peine : impossible de boire un aussi bon prosecco en France ! Sinon, n'hésitez pas à demander aux barista derrière le comptoir. Ils parlent souvent anglais et si non, français, et si non encore, l'amabilité légendaire des Vénitiens fera qu'ils feront tout pour vous aider à choisir un bon vin.

Si vous aimez les cocktails, vous devez impérativement essayer le Spritz, qui est né à Venise. Mélange de prosecco (forcément), d'Apérol ou de Campari avec un peu d'eau gazeuse, c'est une boisson rafraîchissante et agréable. Il n'a jamais le même goût d'un bacaro à un autre, alors, par soucis de recherche ethnologique, je me suis sacrifiée pour en boire dans chaque bistro que nous avons pu tester. Que voulez-vous, il faut bien quelques sacrifices pour la science.
A noter : le Spritz Campari est beaucoup plus amer que le Spritz Apérol... C'est, euh, surprenant. Mais essayez sans préjugés pour vous en faire votre propre opinion !

Sinon, deuxième cocktail incontournable : le Bellini. Du prosecco (encore !), avec de la purée de pêches. Un délice. C'est également une invention vénitienne ! C'est Giuseppe Cipriani qui l'a inventé en 1948 en l'honneur du peintre vénitien Giovanni Bellini, et on peut encore aller le déguster dans son bar d'origine, le Harry's Bar. Je voulais m'y rendre mais après avoir lu de nombreuses critiques très négatives, j'ai préféré économiser les euros de la déception et profiter de mon Bellini plus humble dans un petit bacaro perdu dans les ruelles.

Voici trois adresses que j'ai particulièrement aimé :

Recondito, Canareggio:

Situé à quelques pas de notre chambre d'hôtel, nous avons eu un immense coup de coeur pour ce bar tenu par des jeunes passionnés et charmants. Ils parlent tous anglais et sont extrêmement gentils. Les cicchetti étaient bons et avec un large choix. Le quartier est hyper tranquille, très loin des touristes, et l'accueil... le meilleur qu'on ait eu de notre séjour. A tester absolument !



Vino Vero, Canareggio :

Conseillé par @renardsgourmets alors que nous cherchions un endroit plein de charme pour flâner le long des canaux, j'ai été absolument enchantée par cet endroit ! Les cicchetti en particulier étaient très raffinés et avec des saveurs délicieuses. La vue, sur un joli canal, était enchanteresse. Un moment de rêve à la vénitienne !



Birreria Zanon, Canareggio :

Si vous cherchez un endroit où la jeunesse vénitienne vient se détendre le soir, cette birreria est une très bonne adresse ! A la bonne franquette, on y déguste de la bonne bière locale, des Spritz mais aussi du vin. Les cichetti étaient moins raffinées qu'à Vino Vero, quoique j'ai bien apprécié leur cicchetto à la purée de courge et truffe noire. Leurs sandwichs sont délicieux et faits avec du bon pain fondant... J'ai beaucoup aimé l'ambiance dynamique et simple de l'endroit, et nous y sommes allés deux soirs de suite ! Le bon plan : allez chercher votre pizza 5 minutes plus bas chez Arte Della Pizza (vente à emporter seulement), et venez la déguster sur les quais avec une bière pression de la Birreria Zanon. Le kiff absolu.

Les restaurants :

En fait, ce sont aussi des bacari mais qui font une partie nourriture sur le pouce, et dans le fond de la salle ont quelques tables pour le restaurant. Il suffit de demander, et on vous conduira dans la partie restaurant. Attention, les places sont comptées !! N'hésitez pas à réserver avant de vous y rendre (en y passant la veille par exemple).

Enoteca Al Volto, San Marco :

Super petit endroit bien authentique, et pourtant à quelques minutes du sur-bondé pont du Rialto. La cuisine est maison de A à Z, le service chaleureux, et les plats savoureux. J'y ai mangé des gros spaghetti (impossible de me rappeler le nom, sacrebleu) avec de la tomate et des petites pieuvres locales, pêchées dans la lagune de Venise. A tomber par terre !


 A Burano : Antica Gastronomia Rosso 


 Même si Burano est une petite île, vous trouverez largement de quoi manger ! J'ai préféré opter pour le choix d'un endroit paisible un peu en retrait de la rue principale, et déguster la spécialité de la maison, le sandwich à la salsiccia (saucisse italienne, qui ne ressemble vraiment pas à la saucisse de chez nous !). Mon copain a lui penché pour le Fritto Misto, la spécialité locale, des légumes et des petits poissons, crustacés, fruits de mer frits et servis dans un grand cornet. Et pour nous deux, une bière artisanale locale et saisonnière. Un pur délice.
Petite mention spéciale pour l'accueil, le patron était hyper gentil, quand je lui ai expliqué que j'étais allergique aux poivrons il est allé chercher le personnel pour le leur dire, et a demandé plusieurs fois s'ils avaient bien fait attention à remplacer les poivrons par autre chose. Vraiment adorable.


Osteria Ai Pugni, Dorsoduro : 

Un restaurant très charmant avec vue sur un joli canal. Accueil hyper chaleureux, la serveuse parle français et anglais. Il y a peu de choix, parce que tout est fait maison et selon le marché. Il y a néanmoins toujours une option végétarienne, que ce soit pour les antipasti ou pour le plat principal. Le vin est fabuleux, très bien conseillé par la serveuse qui se plie en quatre pour nous faire plaisir. Vraiment, un moment agréable, où seuls les habitués se retrouvent pour le déjeuner.


Pour les pâtisseries :

Ah, j'en avais noté plusieurs mais nous avons eu un tel coup de foudre pour la Pasticceria Ballarin que nous y sommes allés deux fois ! Tout est frais et savoureux, mention spéciale pour le croissant fourré à la crème d'amande et aux noisettes grillées, servi chaud... un régal avec le cappuccino ! Vous pouvez prendre à emporter ou bien déguster votre douceur au comptoir. Par contre personne dans le personnel ne parle anglais, ni français, et les manières un peu bourrues des serveurs peuvent déstabiliser. Sinon, tout y est excellent.



I Gelati ! Les glaces !

Suso, San Marco :

De délicieuses glaces faites maison, aux divers parfums allant du traditionnel tiramisù, à des parfums plus originaux comme cheesecake fruits rouges. Notre coup de coeur du séjour, les glaces sont vraiment parfaites : onctueuses, savoureuses, pas trop sucrées, avec des petits morceaux de biscuits. Vraiment, un délice ! En plus, il y a quelques parfums vegan. De quoi satisfaire tout le monde. 
Par contre, il y a la queue. Mais franchement, ça en vaut la peine.



Gelateria Ca' d'Oro, Canareggio :

Une très bonne adresse également, si vous avez besoin d'une pause en explorant Canareggio. Des parfums audacieux comme avocat, passion, chocolat blanc (oui, tout ça dans un seul parfum !), une véritable tuerie. J'ai aussi adoré leur stracciatella fait avec du chocolat noir amer.


La gondole :

Un peu difficile d'échapper aux gondoles à Venise, et vous en croiserez des dizaines tout au long de votre séjour. Les gondoliers, souvent venant d'une famille de gondoliers, sont très fiers de leur métier et se répartissent dans toute la ville. Les prix sont fixes, comptez 80€ la demie heure en journée en 120€ les 40 minutes la nuit. Quant à où prendre la gondole, vous avez des stations de gondoles partout, signalées par un petit panneau avec les tarifs et explications (impossible à louper), ou bien les gondoliers attendent les clients devant leur gondole.
Si vous n'avez pas le budget mais que vous rêver quand même de monter dans une gondole, sachez que vous pouvez partager les frais avec d'autres personnes, qui monteront avec vous.

En ce qui nous concerne, c'était vraiment une expérience que nous voulions tenter en amoureux. Nous avons choisi la tombée de la nuit vers 18h pour apprécier le coucher du soleil, et les canaux beaucoup plus calmes. Notre gondolier était très gentil et parlait français, et il nous a fait passer vers le Rialto, pour une vue absolument extraordinaire. C'était un beau moment, très paisible car la gondole ne fait pas un bruit, et la route que le gondolier prenait était à l'écart des endroits animés. Nous avons donc pu voir une Venise mystérieuse et silencieuse, dans une atmosphère singulière. Honnêtement, c'était vraiment magique, et je vous recommande vivement de tenter l'expérience à votre tour.


Ce que j'ai ramené de Venise  

Pas de folie shopping pour ce voyage, nous avions tant de choses à visiter et savourer que nous avons fait deux boutiques seulement, mais qui sont si sympa que je tiens à vous en parler. Parce qu'à Venise il n'y a pas que les masques, et que cette ville est riche d'un artisanat et d'artistes qui touchent à plein de supports différents. 

Rigattieri, San Marco :

Cette petite boutique a ouvert en 1929, et depuis vend exclusivement de la céramique de Bassano del Grappa, une ville située dans le Veneto. Retrouvez des plats ornés de fruits et de légumes de toute sorte, entièrement faites à la main. La boutique est toute petite mais il y en a du sol au plafond ! Impossible de repartir les mains vides, et les prix sont en plus plutôt accessibles (comptez 10€ la petite coupelle et 30€ le plat de taille moyenne). La propriétaire du magasin parle français, et comme toujours à Venise, est très gentille.



Rigattieri
San Marco , 3535/36
entre Campo Sant'Angelo et Campo San Stefano

Pour vous y rendre c'est très facile, elle est dans la petite ruelle à droite de l'église San Stefano, juste au pied du petit pont. Impossible de la louper avec ses grandes vitrines pleines à craquer de céramiques !
Je me suis ramené ce joli petit plat en forme de courge !

Les Baicoli :


La spécialité de Venise, ces petits biscuits secs se trouvent uniquement dans cette grande boîte en métal. A l'origine, les baicoli étaient les biscuits secs qu'emmenaient les marins pour leurs périples en mer, et s'en servaient comme substituts au pain. J'avoue en avoir ramené une boîte essentiellement parce que Nietzsche en était grand amateur... hashtag fangirling !



 Insolite : la boutique Work in Prison, Process Collettivo :

En nous promenant à Dorsoduro, nous découvrons une petite boutique avec des grandes inscriptions colorées et graphiques "Made in Prison". A moitié en rigolant je décide d'y rentrer, pensant à un jeu de mot un peu osé. 
Eh bien, pas du tout. Ou plutôt, tout à fait made in Prison. Il s'agit en fait de la boutique de l'association Malefatte qui vise à aider les prisonniers en leur apprenant des savoirs-faire pour rendre plus facile leur réinsertion en société. L'association travaille uniquement avec les prisons pour hommes et femmes situées à Venise et sur l'isola Giudecca. Les hommes fabriquent des sacs, accessoires en PVC recyclé, et les femmes fabriquent des produits de beauté bio et naturels. Gros coup de coeur pour cette boutique et cette initiative, qui apparemment porte ses fruits car l'association existe depuis plus de 20 ans.

Si cette démarche vous intéresse ils ont une boutique en ligne et un compte Instagram !

En ce qui me concerne j'ai emmené avec moi une crème pour le visage, un gommage et un gel apaisant à l'aloe vera et calendula. Chaque produit est génial pour ma peau, je n'utilise plus qu'eux depuis que je suis revenue de Venise et ils ont vraiment fait des miracles pour ma peau. Pour ne rien gâcher, les packagings sont très poétiques, notamment avec le dessin d'une femme sortant la tête de ce qui semble être une prison pour accueillir une colombe. Un beau symbole de paix et d'espoir.


A la base, ce qui m'avait décidée à pousser la porte de la boutique était ce sac ! Le dessin est fait par Fabrizio Olivetti, un artiste vénitien mort accidentellement très jeune (d'après ce que j'ai compris des explications de la dame qui se trouvait à la boutique). J'aime beaucoup le dessin très coloré et dynamique qui, je trouve à ma humble mesure, reflète parfaitement Venise. 
En bonus, Triste Sire qui se tape l'incruste sur les photos !


Process Collettivo
Fondamenta dei Frari
2559/a Venezia

Banco Ortaggi e cosmetici
Giudecca 712,
Fondamenta delle Convertite 


Pour finir...

J'espère que cette sélection d'adresses vous a plu ! Je n'ai bien sûr pas la prétention de connaître Venise et ses secrets, mais bon, je me dis que ça peut toujours être utile puisque ce ne sont que des adresses que j'ai essayées et appréciées. En tout cas, contrairement aux clichés Venise n'est pas qu'une ville touristique, et si on s'écarte des grandes rues commerçantes on tombe forcément sur des endroits encore innocents et vierges des masques made in China et du faux verre de Burano. Et si vous avez les moyens, il y a pléthore de petits artisans qui font des chaussures et des sacs en cuir somptueux. Après tout, on est en Italie ! Et si comme moi vous avez un budget un peu serré, on peut quand même regarder ces boutiques pour le plaisir des yeux, comme un musée.

Je vous retrouve jeudi mes chatons, pour vous dévoiler la suite de ma collaboration avec Dissident Sheep !

Bécots <3

Commentaires

Facebook Twitter Instagram Pinterest Inspilia

Articles les plus consultés