Dissident Sheep à Venise : l'étoile qui danse


Hello mes chatons,

Enfin je peux vous dévoiler ce qui a fort occupé mon été mais aussi qui fut un des moteurs de mon voyage à Venise.
A vrai dire, je ne saurai plus vous raconter comment Jeanne est devenue si importante dans ma vie. Cela s'est fait si naturellement et s'est inscrit dans la durée de telle manière que je n'arrive même plus à me souvenir comment ma vie était sans avoir sa présence bienveillante autour de moi. Il est des rencontres comme ça, "parce que c'était elle, parce que c'était moi", pour reprendre les mots de Montaigne à l'encontre de son tendre ami La Boétie. Avec Jeanne c'était pareil, il y avait une évidence incroyable et irrationnelle qui faisait qu'avant même de lui envoyer mon premier message, je me sentais irrésistiblement attirée par ses bijoux brodés. Et finalement, il s'est avéré que nos âmes étaient faites pour se rencontrer.
La pureté du cœur de Jeanne transparaît dans ses bijoux. De véritable morceaux de son âme qu'elle arrive, par ce procédé ensorcelant de la création artistique, par la magie d'un savoir-faire acquis par le sang la sueur et l'amour, à donner corps aux émotions. Les bijoux de Jeanne sont des cris de beauté pure, celle qui touche et illumine les cœurs, celle qui donne du sens à la vie.

Si j'ai du mal à me rappeler la genèse de l'amitié inconditionnelle que j'ai pour Jeanne, je me rappelle de ma première paire de boucles que j'ai acquis sur son eshop, Dissident Sheep. Elles furent sans doute ce qui tissa la trame d'une amitié qui ne devait que s'épanouir au travers des épreuves de la vie. Avec Jeanne des fois, on aime à se rappeler de ces balbutiements. "Tu te rappelles quand tu avais pris ces boucles ?" "Oh mais je ne pensais même pas que tu me connaissais", et nous rions, parce qu'aujourd'hui cela semble si évident que nous devions lier nos existences. Après ces boucles, ce fut comme si quelque chose avait scellé le début de ce qui devait se faire depuis toujours. Il y a ces moments étranges où on se dit "ah mais oui, c'est fou, on dirait que tout ce que j'ai vécu depuis le début de ma vie devait me mener là". Ce sont des moments où tout ce qu'il y avait de plus absurde, de contingent et de glaçant dans la vie prend sens, et ce sens est ce qui nous pousse à continuer, à nous dire que tant pis si maintenant là tout de suite tout me semble sombre et sans espoir, il y aura toujours de la lumière comme Jeanne qui sera là à un moment pour me dire que merde ça valait le coup.

Jeanne c'est ça, c'est quelqu'un qui est là pour me dire que ça vaut le coup. Oui c'est absurde, oui des fois ça fait mal, mais bordel la vie ça vaut le coup. Alors aujourd'hui je vous raconte tout ça, c'est hyper personnel, mais comment éviter de vous présenter Jeanne et notre collaboration autrement ? Il y a beaucoup trop d'intime et de sentiments pour garder ça pour moi. Et puis ça serait trop égoïste.

Il y a un truc que je déteste, c'est la froideur, et les trucs tièdes. Bon ok ça fait deux. On va dire que je n'aime pas quand ce n'est pas engagé. C'est difficile de trouver des gens qui s'engagent à 100%, qui donnent tout, leurs tripes, leurs larmes, leur cœur, bref, tout, qui étalent ça et qui vous les montrent sans honte ni peur. Parce que c'est dur de se livrer au monde impitoyable et pernicieux, qui n'attend qu'une chose c'est s'emparer de la pureté des cœurs pour les tordre et les pervertir, ou les anéantir. Prendre le risque d'être détruit pour essayer de toucher la main de quelqu'un qui nous ressemble, ou de toucher un coeur, qu'il y ait un peu de chaleur humaine dans ce monde de merde. Les morceaux d'âme que Jeanne fabrique sont comme ça.

Jeanne, c'est aussi la personne qui était là pour me tendre la main et m'inonder de la lumière de sa bienveillance quand j'ai échoué aux concours. C'est elle qui me disait toute la valeur que j'avais et que cela ne se mesurait pas en reconnaissance académique. C'est encore Jeanne qui me faisait remarquer combien je vibrais quand je lui parlais de Nietzsche et de Rousseau, et que merde, ça compte pour quelque chose, et qu'on ne pouvait pas vivre sans vibrer. Je pense que c'est ainsi que naturellement, encore une fois, notre osmose créatrice s'est dirigée vers Venise.

Venise, la ville qui rayonne juste par son nom. Une autorité subliminale entoure ce nom aussi sacré qu'évocateur, mais aussi mystérieux. On sait que Venise inspire, on sait que Venise fait renaître, oui, mais comment ? Je ne saurais toujours pas vous répondre, et peut être que je le peux encore moins après y être allée. Il faut vivre Venise pour la comprendre. Alors quand je parlais avec enthousiasme à Jeanne de l'inspiration que Nietzsche y avait puisé, elle m'encouragea à m'y rendre. C'est au fil de nos discussions que ma volonté s'est fixée sur la Sérénissime, comme un besoin d'aller voir la source de ce qui frappa Nietzsche et lui permit de retrouver l'aurore d'une pensée fructueuse et merveilleuse qui marqua la philosophie européenne à jamais. J'avais un besoin vital d'aller dans les pas de celui qui met des mots sur les élans de mon âme, magie du poète et du philosophe. Il me fallait rendre concret le fantasme, inscrire dans un contexte réel les mots qui me donnent envie de continuer à vivre.

Jeanne sut parfaitement comment achever de graver dans le marbre mon désir incandescent : elle me proposa de créer une collection inspirée par Venise, et par Nietzsche.

C'est donc avec la magie dont nos échanges sont faits, que lentement Jeanne et moi dessinions les esquisses de ces rêves qui nous unissent. Entre larmes de désespoir et cris de joie, nous échangions la vie à travers nos mots. Et la magie opéra, peu à peu les mots devenaient paysages, puis se muèrent en dessins, et se chargèrent de couleurs. Les couleurs se concrétisèrent en perles, puis en broderies, et donnèrent naissance à ces extraordinaires morceaux d'âme dont Jeanne a le secret. Ces pièces sont chargées de tant de choses, de la vie tourmentée de Nietzsche, mais aussi de nos espoirs et de notre enthousiasme à nous, Jeanne et moi. Ces bijoux sont aussi chargés de Venise, de son esthétisme extraordinaire, de ses couleurs incroyables, que seule Jeanne peut comprendre, car elle est comme toujours, investie par le pouvoir mystérieux de la création artistique.

Pour toujours, l'étoile qui danse, la force du devenir toujours est plus forte, et en chacun-e de nous rayonne une aurore insoupçonnée.


Crédit photos : Luc Dujardin

* * *

Total look vintage et de seconde main

Boucles d'oreilles : Dissident Sheep, modèle L'étoile qui danse

* * *






















Commentaires

  1. Quelle belle déclaration ^^

    RépondreSupprimer
  2. Quel plaisir de découvrir ton blog ! Tu me redonnes envie d'écrire, de fait si longtemps que je n'ai pas vu de beaux textes sur un blog. J'ai moi même perdue l'envie de continuer, peut être aussi parce que je ne suis pas dans une période pour m'inspire pour écrire. Mais te lire me redonne envie d'essayer !

    RépondreSupprimer
  3. Coucou,
    Comme je lui ai dit sur son compte, ce sont les plus belles pièces qu'elle ait jamais conçues. Vous avez bien travaillé, et quoi de mieux que la Sérénissime pour immortaliser tout ça!
    Dommage que ce soit des pièces uniques, on voudrais toute avoir la chance de pouvoir les porter.
    bises

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre petit mot, je vous réponds au plus vite !

Facebook Twitter Instagram Pinterest Inspilia

Articles les plus consultés