Mai joli mois de Mai



Hello mes chatons,

Comment bien commencer le mois de mai ? En postant des photos prises début avril, pardi ! A vrai dire je suis plutôt contente que le mois de mai remplace celui d'avril qui, malgré les floraisons enchanteresses des arbres, était bien stressant pour moi. Enfin vous me direz le mois de mai va être chargé en émotions aussi avec l'annonce des résultats ! Honnêtement, je les redoute un peu, car je suis encore extrêmement fragile mentalement, et si j'échoue aux deux concours j'ai peur de moi-même et de retomber en dépression... mais bon, j'ose espérer que le travail intense que j'ai effectué sur mon mental depuis un an va porter ses fruits et que pour une fois dans ma vie je vais réussir à gérer un échec sans m'effondrer. Ce serait au final une victoire dans l'échec, et c'est déjà énorme. De toute façon, j'ai adoré cette année de préparation, j'ai tellement travaillé, j'ai tellement progressé en philosophie, j'ai lu des milliers de page avec ferveur et bonheur intense, que même sans réussir les concours j'ai réussi à me prouver que je suis capable d'abattre un gros travail en peu de temps et à toujours pousser plus loin les limites de ma réflexion. Je suis tout de même fière de moi, il y a un an je ne savais même pas écrire une vraie dissertation ni faire une analyse de sujet digne de ce nom, et aujourd'hui j'ai carrément envie de faire des dissertations toutes les semaines et ça me manque en ce moment ! L'exaltation de créer sa pensée de rien, de voir naître une réflexion sur le papier vierge, développer sa rationalité et fabriquer son propre monde philosophique, c'est un sentiment que je n'avais que très rarement éprouvé mais que j'arrive à ressentir à chaque fois aujourd'hui. Je n'ai plus peur de livrer ce que je pense et mon interprétation des auteurs, je ne pense enfin plus que je suis nulle et indigne. Croyez-moi, après des années à me morfondre sur moi-même, c'est une immense victoire.

Et sinon, pour changer de sujet, je suis super contente de partager ces photos aujourd'hui, prises quelques jours après les concours, car elles me rappellent un moment merveilleux passé auprès de l'Amoureux. Nous étions allés à Annecy, et le temps était enchanteur, la lumière parfaite, les paysages magnifiques et les arbres tous fleuris et somptueux. Un moment précieux et magique avec l'homme que j'aime depuis 10 ans, et je suis heureuse de voir notre relation s'épanouir et triompher des périodes de doutes et de souffrance. On oublie souvent que la dépression est aussi très dure à vivre pour l'entourage, surtout quand on est complètement pris dedans et qu'on ne voit que sa propre détresse. Mon copain a aussi énormément évolué et il m'aide tellement à prendre confiance en moi et à ne plus avoir peur de vivre. Je pense que cela se voit dans nos photos actuellement, on essaie de s'écouter mutuellement (bon, ok, on s'engueule toujours un peu, sinon c'est pas drôle ! ;) ), et surtout de se créer à nous deux une vision qui nous ressemble. Je crois qu'on devient un peu ce monstre à deux têtes, à la fois unité et dualité, qu'on finit par devenir quand on est un couple avec beaucoup de bouteille. Mais franchement c'est génial de voir qu'après 10 ans nos goûts convergent au lieu de diverger, que des fois on se regarde et on sait que personne au monde ne pourrait nous comprendre mieux que notre autre moitié. Cela me fait penser au mythe d'Aristophane de Platon, qu'il explique dans son livre Le Banquet. Autrefois il y avait trois sortes d'hommes : les mâles, les femelles, et les androgynes (qui étaient les deux à la fois). Pour calmer la prétention des hommes à se croire tout puissant, Zeus décida de les affaiblir pour toujours, et scinda tous les androgynes en deux moitiés, l'une mâle, l'une femelle. Ainsi séparées, les deux moitiés ne chercheraient qu'une chose : retrouver la moitié qui leur manque pour retrouver leur puissance perdue (pour lire l'extrait concerné, je l'ai trouvé sur le site philolog ici). Je ressens cela parfois, même si bien sûr je ne suis pas tout à fait d'accord avec Platon, je ne pense pas qu'on ait tous-tes un besoin vital d'avoir quelqu'un d'autre pour être des humains épanouis... cependant, malgré tout, je suis souvent bien heureuse d'avoir mon copain depuis dix ans à mes côtés, et d'ailleurs on est tellement soudés que des fois on se sent exclus du monde, la compagnie de l'un et de l'autre nous suffit car elle est comme complète. Enfin bref, j'avais envie de vous partager ces bribes de pensées aujourd'hui car ces photos me rappellent un si beau moment avec ma moitié ;) un moment où justement, on se sentait si bien l'un avec l'autre, en faisant les photos ou juste en nous promenant, qu'on n'avait même pas besoin de se parler, on se comprenait avec un seul regard, comme si dans cet accord tacite et puissant par son silence, nous incarnions enfin le syncrétisme ultime de celui de deux êtres totalement différents qui ne sauraient vivre l'un sans l'autre.

Plein de bécots mes chatons <3


Crédit photos : Luc Dujardin

* * *

Trench : Viktor & Rolf pour H&M (via Vinted)

Chemisier : +Lazy Queens Vintage

Gilet : +Tara Jarmon (via Vinted)

Jupe : +Miss Candyfloss

Foulard : +Balmain (vintage)

Sac : Marc by Marc Jacobs (via Vinted)

Escarpins : +Miu Miu (via Vinted)

Lunettes de soleil : Dolce and Gabbana

Accessoire cheveux : +Miss Bella's Blooms*

* * *




















Commentaires

  1. Toujours aussi fan de ton univers

    RépondreSupprimer
  2. Wow les photos sont tellement canons <3
    Gros bisous
    http://paulynagore.blogspot.com/

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre petit mot, je vous réponds au plus vite !

Facebook Twitter Instagram Pinterest Inspilia

Articles les plus consultés