La floraison de l'ail des ours ou le Fort Boyard de la blogueuse


Hello mes chatons,

Je vous retrouve avec des photos dont je rêve depuis des années, et qui furent assez épiques à faire !
Maintenant que je vis à la campagne je prends un plaisir immense à m'inspirer des saisons et des paysages qui changent en fonction du temps, ce qui me mène à chercher toujours de nouveaux coins dans les forêts avoisinantes selon les moments de l'année. Avec l'Amoureux, on avait repéré dès l'année dernière plusieurs endroits où pousse de l'ail des ours, cette petite fleur blanche qui pousse dans les bois. L'ail des ours comme son nom l'indique sent très fortement l'ail, et en a un goût proche tout en gardant un parfum plus léger et herbeux. J'adore ça notamment dans le fromage, j'avais pu goûter de la tomme de Savoie et de la raclette à l'ail des ours et c'était exquis ! Mais figurez-vous que malgré les délices qu'il recèle en lui, l'ail des ours n'est pas très populaire car beaucoup de personnes le croit toxique. Et c'est tant mieux car du coup les parcelles recouvertes d'ail des ours restent intactes pour le plus grand plaisir des yeux, et les tapis de fleurs viennent orner le parterre des forêts tout en parfumant les environs.

Si je vous dis que ces photos furent épiques, ce n'est pas parce qu'on a du affronter l'odeur entêtante de l'ail, mais parce que, emportés par l'enthousiasme des photos, ni l'Amoureux ni moi-même n'avions envisagé le fait que l'ail des ours puisse pousser autour d'un ruisseau, et que donc le sol serait non seulement trempé, mais boueux et instable... Et oui, vous voyez très bien ce qui est arrivé : nous sommes arrivés guillerets au premier spot photo, pour nous enfoncer jusqu'aux chevilles dans la boue. Nous n'avions même pas prévu de bottes en caoutchouc !! Alors qu'habituellement je prévois dix mille accessoires de secours, après plusieurs déconvenues, car faire des photos dans la nature c'est aussi s'exposer aux piqûres d'insectes, à la boue, à la terre, au pollen qui tâche, au froid, à l'humidité... mais cette fois je ne sais pas pourquoi, je n'ai pensé à rien. J'avais donc de fort légers souliers ouverts, l'Amoureux avait des chaussures en suédine, le grand n'importe quoi !

Finalement, en regardant les photos ça me fait rire, c'est aussi ce genre d'anecdote qui rend les séances photos à chaque fois uniques et inoubliables (même si sur le coup je claquais des dents à cause du froid glacial et de la boue très froide, et que je me maudissais à avoir des idées saugrenues pour les photos). En plus, peu importait les chaussures car on s'enfonçait tellement et il y avait tant de fleurs que de toute façon on ne les aurait pas vu... Au moins, ça m'aura appris une chose : avec la nature, il ne faut jamais relâcher sa garde !

J'avais envie de partager cette anecdote avec vous car souvent on ne se doute pas de tout ce qu'il y a derrière ces photos figées dans un moment de vie et qui ne représentent pas tout le reste qui a permis à les réaliser. J'espère que les photos vous plairont néanmoins et que ça aura valu la peine de patauger dans la gadoue, hahaha ! ;)

Plein de bécots mes chatons !


Crédit photos : Luc Dujardin

* * *

Gilet : +Tara Jarmon (via Vinted)

Top*: Grain de Malice

Jupe : +Vixen by Micheline Pitt (dispo ici

Chapeau : +Vintage

Accessoire cheveux* : +Miss Bella's Blooms (eshop)

Boucles d'oreilles* : +Reje (eshop)


* * *

Tous les articles précédés de + sont des articles produits avec certitude de façon éthique (respect de la main d'oeuvre et de son savoir faire ou respect de l'environnement ou les deux à la fois), ou bien ont été acquis de seconde main dans un soucis écologique et anti-consumériste de ma part.

Tous les articles suivis d'une * ont été offerts par la marque en question.

Aucun lien n'est affilié. 

Retrouvez mon article sur mes marques éthiques préférées >ici<

















Commentaires

Facebook Twitter Instagram Pinterest Inspilia

Articles les plus consultés