Vivre à la campagne après la ville : le bilan des deux ans


Hello mes chatons,

Il y a un an et demi je vous parlais des raisons de ma décision (enfin, avec mon copain) de quitter Paris pour nous installer en Savoie, à la campagne. Je faisais le bilan des premiers mois, et je vous invite à relire cet article ici.

Cela fait pratiquement deux ans que nous avons définitivement quitté Paris pour vivre dans un village entre Savoie et Isère, aussi j'ai pensé que ça pouvait être intéressant de voir mon sentiment actuel et de le comparer avec le précédent, encore fraîchement marqué par le milieu citadin. Dans ce présent article il ne s'agira donc plus de comparer la vie à la ville et à la campagne, mais de voir comment je me suis adaptée et ce que je pense de ma vie désormais complètement campagnarde.

Surtout que cette année, j'ai pas mal fait d'aller-retour entre Lyon et mon village pour la prépa agrégation, j'ai donc pu vivre pleinement ce que ça faisait de devoir se taper 2h de train par jour pour travailler !



Mon expérience à la campagne


L'alimentation

Spoiler alerte : j'adore la vie à la campagne.
Alors oui, il faut prendre la voiture pour aller faire les courses, et si on a oublié quelque chose et ben... tant pis. J'ai appris à me passer de pas mal de trucs, et même si des fois c'est compliqué avec mes TCA, je trouve que la vie à la campagne m'aide beaucoup plus dans la guérison qu'à la ville. Il n'y a pas de bouffe sous mes yeux H24, il n'y a pas de restaurants, personne pour me regarder manger, pas d'effort à faire pour aller manger dans la famille puisqu'ils sont tous loin... du coup je peux vraiment me concentrer sur ma guérison et ça c'est cool. Ce qui est bien aussi c'est que ça m'aide à gérer mes interdits alimentaires, puisque maintenant je suis obligée d'avoir des bonnes réserves de nourriture dans la maison (par soucis d'écologie on ne va faire nos courses qu'une fois par semaine), et ça m'apprend doucement à me faire confiance et à ne pas m'affamer par peur de faire une crise de boulimie. Je ne dis pas que c'est facile tous les jours, mais ça m'apprend à doucement voir la bouffe comme de la bouffe, pour me nourrir quoi, pas pour me torturer. 

Le grand plus, il y a beaucoup de petits producteurs bio dans les environs, nous achetons donc directement aux agriculteurs, c'est moins cher, plus sain, et nous savons exactement comment est produite notre alimentation. Nous avons aussi notre propre jardin en été, j'apprends doucement à cultiver des légumes, ce n'est pas facile mais c'est une grande joie de pouvoir cueillir le fruit de son travail. Le plus dur c'est de devoir apprendre à se soumettre au climat, l'année dernière on a eu un été si chaud et si sec que nous n'avons pas eu de tomates, c'était un peu triste mais... c'est la loi de la nature. Cette année j'espère que nous aurons un été moins agressif !! 

Alors oui, pour aller étudier à Lyon je prends le train, j'ai 1h30 aller et 1h30 retour (je disais deux heures mais en fait c'est trois heures au total !!) de transport. Oui c'est pénible, oui c'est fatigant... mais je vous avoue que rentrer chez moi, dans le silence et la quiétude de ma campagne ça n'a pas de prix. Je peux complètement me relaxer, oublier l'agitation de la journée, me ressourcer et décompresser. Le seul soucis c'est la SNCF qui est une vraie emmerde au quotidien à cause des trains subitement annulés, mais je connaissais ça avant à Paris et je trouve qu'ici c'est beaucoup moins pénible, très certainement parce qu'une fois chez moi j'y suis si bien que j'oublie tout. Il faut dire aussi que les gens ici sont beaucoup plus détendus qu'en ville (et moins nombreux, ça aide), et en général quand il y a des retards ou des soucis on est tous à se soutenir ou à plaisanter sur les quais. Ca aide carrément à dédramatiser la situation !

La santé / le sport


Nous vivons dans une très belle région, peu polluée, très agricole mais aussi avec de l'élevage, la qualité de l'air est donc plutôt bonne, et je le vois sur moi puisque j'ai une bien plus jolie peau qu'avant, mes ongles sont super durs (j'avais toujours des ongles hyper fragiles avant), mes cheveux poussent vite, je n'ai plus d'eczéma... même mon allergie au soleil a disparu ! Et nous avons la chance d'avoir un bon climat, je prends beaucoup plus le soleil, tant et si bien que j'ai retrouvé mon teint hâlé naturel, celui que j'avais quand je vivais en Tunisie. Alors par contre il faut faire attention, je mets beaucoup de crème solaire, été comme hiver, mais c'est juste une habitude à prendre, après on n'y pense même pas !

Vivre à la campagne m'aide beaucoup beaucoup dans ma prise de masse musculaire, puisque en Savoie le plat on ne connaît pas, la moindre balade inclut montées et descentes, ça fait monter le coeur, gonfler les muscles, et ce même pour aller chercher le pain le matin ! Donc je trouve que j'ai une bien meilleure forme qu'avant, en plus le sport ne coûte rien puisqu'il suffit d'avoir ses jambes et son courage. Je marche plus vite, je suis plus endurante, j'apprends aussi avec humilité de connaître mon niveau avant chaque randonnée pour adapter mon rythme et ne pas finir épuisée après 15 minutes de montée (bon et ça c'est pas juste la campagne, j'ai repris le sport et la musculation 4 à 6 fois par semaine depuis décembre, ça aide pas mal je pense ^^' mais c'est certain que comme on est à la campagne j'ai plus d'espace pour faire du sport et si j'ai envie de sortir marcher me dégourdir les jambes je suis directement dans la nature). En plus chaque saison amène avec elle une joie sportive particulière : en hiver c'est raquettes, en été c'est randonnée et surtout baignade au lac d'Aiguebelette (ou du Bourget). On ne s'ennuie jamais.

Depuis que nous vivons à la campagne je trouve que j'ai beaucoup moins de soucis de colopathie. Alors oui j'ai toujours des crises, mais sans doute liées à d'autres problèmes (notamment les transports quotidiens), mais leur violence est beaucoup moins forte et fréquente que quand je vivais à Paris. Je pense que je suis simplement moins stressée, ça aide !!

En parlant du stress, la campagne m'aide énormément à gérer ma dépression et mon anxiété, le rapport direct à la nature est salvateur je pense. Quand je suis vraiment en crise très forte, je sors, je marche jusqu'à épuisement, et je me sens comme purifiée par la nature, par les arbres autour de moi... je me sens si insignifiante que ça devient très rassurant, puisque je me rends compte que le monde continuera après moi, et ce n'est pas grave. Enfin je vous ai souvent parlé de ça dans plusieurs articles au fil des mois.

J'ai remarqué aussi que je me lève beaucoup plus tôt et sans difficulté. En général mes journées commencent à 7h du matin, même le weekend et même quand je n'ai pas cours, et je me couche à 22h. Rien à voir avec mes journées 11h-2h du matin de Paris ! Mais du coup je me sens beaucoup moins fatiguée, plus productive, plus concentrée et plus efficace. Je me lève et me couche avec le soleil, comme une vraie poule ! haha ;)

Loisirs et divertissement


Enfin, pour ce qui est des loisirs, je vous avoue que j'adore TELLEMENT les weekends ici, on n'arrête pas ! Brocantes, vides-grenier, fêtes de village, fêtes agricoles, fêtes du vin et de la gastronomie... perso ça correspond complètement à mes goûts. Les hôtels de luxe, les soirées mondaines, même les expositions avec les heures de queue avant... très peu pour moi. Je préfère passer des heures à discuter avec un apiculteur, un vigneron ou un éleveur de chèvres, voir leur passion, apprendre l'histoire de leur métier, leurs astuces, leur vie (récemment on a rencontré des bourguignons qui ont exporté des pieds de vigne en Roumanie, incroyable !), et souvent leur rendre visite dans leur ferme. Nous connaissons plusieurs agriculteurs vraiment bien maintenant, c'est super intéressant de parler de la nature avec eux, de voir leur passion mais aussi leur souffrance car ce n'est pas comme dans un film de Disney et travailler avec la nature c'est dur et souvent imprévisible pas forcément dans le bon sens. Quoiqu'il en soit, à chaque rencontre j'en ressors tellement enrichie personnellement. La vie n'a plus la même saveur, littéralement, et spirituellement. Je sais que c'est un côté que je montre peu ici, car j'aime la mode, la photo, mais j'ai un côté très rustique aussi. Petite mention spéciale à la tronche éberluée du vigneron qui m'a vu saisir à bras le corps deux cartons de six bouteilles de vin, avec ma petite robe, mes talons et mon rouge à lèvres : si-dé-ré "ah bah dites donc la dame... ça rigole pas !" haha c'était énorme ! C'est mon paradoxe personnel, et après avoir passé des années à en avoir honte maintenant j'assume complètement cette dichotomie interne qui m'anime. 

Aussi, je ne suis pas quelqu'un de très porté sur le divertissement... mon ordi me permet de procrastiner tranquillement chez moi, les fêtes le weekend me donnent suffisamment d'interactions sociales (et non pas à la fac car j'ai pas le temps de parler à qui que ce soit à cause des horaires impossibles de mes trains), et la journée je me détends en jouant avec mes chats dans le jardin (oui, sérieusement, et je vous assure qu'ils y tiennent beaucoup, si je manque un rendez-vous ils viennent piailler dans mon bureau jusqu'à ce que je sorte avec eux), et si j'ai besoin d'activités, je fais du sport chez moi ou je sors randonner. A vrai dire, je me contente de peu, et c'est quelque chose que j'ai découvert de ma personnalité en vivant à la campagne. A Paris, les tentations étaient partout, et je papillonnais d'un endroit à un autre, pourtant en me sentant toujours misérable peu importe le nombre de personnes que je voyais et les évènements auxquels j'allais. Je trouve que dans les villes on se détourne trop facilement de l'essentiel, et ça ne correspondait pas à ma personnalité. Je suppose qu'il en faut pour tous les goûts, tout simplement ! Ce qui est important, c'est d'écouter sa voix intérieure, sans la juger, sans essayer de la conformer, juste d'accepter ce qui nous rend heureux même si ce n'est pas dans les standards de la société.

Vos questions

Sur Instagram je vous ai demandé quelles pouvaient être vos interrogations sur mon changement de style de vie, et vous avez été vraiment beaucoup à vous préoccuper de la question des transports. J'ai vu un peu le même style de question donc je vais répondre aux thèmes qui se rejoignent :

- Es-tu obligée de prendre la voiture pour te déplacer ?

J'ai de la chance je vis dans un village bien fourni niveau commerces : une boulangerie, deux pharmacies, un centre médical, un supermarché et un marché local le mercredi. Donc en fait je pourrais très bien ne jamais me servir de ma voiture pour faire mes courses ou vivre le quotidien, je pourrais tout faire en vélo ou à pied. Par contre, la gare la plus proche est à 15km, donc pour aller à Lyon je suis obligée de prendre la voiture pour la déposer à la gare, il n'y a pas de bus ou autre moyen de transport pour y aller (et en vélo c'est dangereux car il n'y a pas de piste cyclable et les gens conduisent comme des fous).

- As-tu différents moyens de transport (vélo, bus, autres) ?

Dans mon village directement non, mais des bus dans le village voisin c'est plutôt bien desservi. Par contre il faut s'y rendre en voiture, c'est indispensable. En général je dirai que c'est quand même bien plus pratique d'avoir une voiture pour être plus libre, car les horaires de train ou de bus c'est pas vraiment la joie quoi (très peu de passages dans la journée). Je précise que je vis vraiment dans un petit village, ce n'est pas une mini ville ! En gros vous faites le tour du village en 5 minutes quoi x)
Pour ce qui est de se déplacer autrement qu'en voiture c'est évidemment possible mais faudra s'armer de courage, j'habite en Savoie donc ça veut dire que c'est que de la montée ou de la descente, le plat on ne connaît pas ! De toute façon honnêtement, ici on se déplace en voiture pour aller au travail, le reste du temps quand on se bouge c'est pour faire du sport ou se détendre, donc à ce compte-là c'est très pratique il y a des dizaines et des dizaines de pistes cyclable, de chemins de randonnée, et même des circuits pour faire de l'équitation.

- Pourquoi partir à la campagne ?

J'ai déjà répondu à cette question dans cet article de 2017 ;)

Conclusion


Alors ouais ya des trucs qui m'agacent un peu à la campagne, le fait que les gens sont assez racistes, peu ouverts d'esprit, les magasins ferment à 16h, ya pas trop de diversité culturelle, l'ambiance est chauvine mais malsaine quoi ... bien sûr, aucun mode de vie n'est parfait. Mais en comparaison avec la ville, je trouve que les aspects positifs sont 1000 fois plus importants, alors quand je suis agacée par un truc (souvent insignifiant mais j'aime bien râler), je relativise super vite. Finalement ma conclusion est similaire à celle que je faisais il y a deux ans : pour le moment je suis extrêmement heureuse de ma décision. Et parfois, c'est bien de savoir saisir le présent sans se poser 10000 questions sur le futur, chaque chose vient en son temps.

Pour illustrer cet article j'avais envie de vous montrer un peu mes photos argentiques prises au fil des saisons ! Il y a donc l'été, l'automne, et l'hiver (je n'ai pas pu faire de photos du printemps, hélas !). La vie au contact de la nature m'aide énormément à apprécier chaque saison pour ce qu'elle m'offre, et je puise désormais mon inspiration dans le rythme tranquille de la nature. J'espère que les photos vous plairont :)

Bécots !












Commentaires

  1. tes photos sont superbes! Nous aussi on déménage les prochains mois à 30 min de Valence pour une maison avec jardin. Ça va nous faire du bien! Notamment pour la vie au vert, le calme, avoir des arbres fruitiers et vivre autrement. seul inconvénient, je ne serai plus à 10 minutes à vélo de mon travail, mais je combinerai transport+vélo ou voiture+vélo....
    Je te comprends (et je t'envie totalement quand je vois tes photos sur IG)!

    RépondreSupprimer
  2. Coucou,
    Moi aussi j'ai déménagé depuis 1 an, en Ardèche. Pas vraiment par choix, plutôt par obligation parce que ma santé ne me permettait plus de conserver le rythme de vie stressant que j'avais auparavant...
    Tout mon entourage a été choqué par ma décision car je suis hyper citadine et j'habite un trou perdu où il faut faire 6 km rien que pour jeter les poubelles... 14km pour avoir du pain...
    Contrairement à toi, je n'ai jamais aussi peu marché que depuis que je suis à la campagne (la montée chez moi est hyper abrupte et rien n'est prévu ni pour circuler à pieds ni en vélo, trop dangereux), donc obligée de tout faire en voiture alors qu'en ville je faisais facilement 10 à 13km/jour. Zéro transport en commun à proximité.
    Marcher dans la nature est dangereux car ça tire de tous les côtés et les chausseurs sont souvent bourrés dès 8h du mat. Parfois même, je n'ose sortir dans mon jardin qui est proche de la forêt car les balles sifflent...
    Je fais beaucoup de jardinage et de bricolage. Je suis aussi bénévole au musée de mon village pour restaurer les jardins et la serre ancienne. Ça me permet de connaitre un peu des gens car je ne te cache pas, que même en ayant de la famille dans le coin, c'est très cloisonné. Les gens ne t'adressent pas la paroles, ils se taisent même, tu es une étrangère. Marseille me manque dans ces moments là car là-bas tout le monde se parle, tout le temps, partout...
    Après, j'ai la chance d'avoir un tempérament où j'aime bien la solitude et le silence mais je pense que cela n'est pas adapté à tous.
    Côté nourriture, le choix en fruits/légumes est top mais tout le reste est environ 30% plus cher qu'en ville.
    Concernant le boulot, c'est catastrophique. Tout le monde est au chômage/RSA, à part en période estivale où se déversent des flots de touristes irrespectueux. Il y a une majorité de postes au black et les salaires ne dépassent pas le SMIC quelque soit tes compétences/ton expérience. Beaucoup d'exploitation aussi et ça, je ne me l'imaginais pas! J'ai travaillé une partie du mois de mai 2018 pour plusieurs employeurs et aucun ne m'a payée. Après enquête, il semblerait que cela soit courant. Il n'y a aucun contrôle donc ils se permettent tout et n'importe quoi.
    Et côté santé, j'ai dû garder tous mes médecins sur Marseille car il y a peu de docteurs ici et la plupart ne prennent plus de nouveaux patients donc c'est un budget conséquent de devoir faire 380km A/R pour consulter. Ma mère a fait une grave chute en janvier et les pompiers ne sont pas venus. J'ai appris par la suite que le même soir, il y avait eu 2 AVC dans mon village et ils ne se sont pas déplacés non plus. Donc mieux vaut ne pas être trop seule si tu as une urgence médicale et que tu dois te rendre à l'hôpital à 35km.
    bises

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre petit mot, je vous réponds au plus vite !

Facebook Twitter Instagram Pinterest Inspilia

Articles les plus consultés