Jour de liesse


Hello mes chatons,

Aujourd'hui je vous retrouve pour un post très inhabituel ! D'abord, il est une exception car ce sont des photos prises hier, avec ma tenue du jour pour le 14 juillet. J'avoue sans honte que je ne suis pas du tout la blogueuse spontanée, même si les tenues montrées ici sont des choses que je porte dans ma "vraie" vie (car oui, je suis un être humain qui continue de fonctionner après avoir posté des photos sur internet x) ), il est plutôt rare que je me soustraie au "ootd" (outfit of the day en anglais qui veut dire "tenue du jour"), pour plusieurs raisons qu'il serait lourd et inadéquat de détailler ici ;)

BRAIFFE

Ce qui est également une exception à mes habitudes est de publier un article "à chaud", puisque ce soit l'équipe de France de football a remporté la Coupe du Monde.
J'avoue que j'ai des avis très mitigés sur le foot. En soi, je n'ai rien contre ce sport, plutôt intéressant et que j'aime suivre avec mon grand père et mon copain qui connaissent bien les règles et qui m'expliquent les stratégies, les techniques, etc. Mais bon, c'est pas un truc qui me transcende plus qu'un autre sport, et croyez-moi, transcender c'est le mot. Quand je vois les réactions hallucinantes de certaines personnes dès que ça concerne le foot, je me dis que la transcendance existe, et c'est encore plus effrayant que l'Exorciste. Les hurlements, les drapeaux français partout, le fait que ça ne soit que les match de foot masculins qui suscitent autant de frénésie, les milliards que gagnent injustement les joueurs (on ne va pas se mentir, contre le SMIC des aides soignants, c'est révoltant), etc. La liste est longue !
Mais ne me méprenez pas, nul est mon but aujourd'hui de critiquer avec mépris les supporter de foot, ni de me croire si supérieure aux autres parce que MOI je n'aime pas le foot. Je n'aime pas non plus tomber dans une critique hautaine de ce sport parce que je me crois supérieure n'ayant pas cette extase démesurée en regardant un match. Le foot en lui-même n'est pas un sport de beauf, et on peut tout à fait apprécier la qualité du sport simplement (à vrai dire, la seule chose que je trouve insupportable c'est la qualité plus que médiocre des commentaires des journalistes sportifs en direct, qui racontent n'importe quoi en se donnant des airs de suprême intelligence, et qui ouvrent la bouche histoire de dire quelque chose... affligeant !)

D'ailleurs, je ne voulais pas regarder la finale cet après midi, mais j'avais envie de participer à ce jour de liesse nationale, faire quelque chose de commun à une majorité des autres personnes qui habitent le même pays que moi. Je râle souvent dans la vie sur le fait qu'il manque des traditions pour souder les Français, que c'est dommage qu'il n'y ait plus ce sentiment d'unité nationale au moins pour 24h... Alors, même si c'est le foot la nouvelle tradition et que ça ne me plaît qu'à moitié, je peux bien me forcer 1h30. Et puis, j'ai quand même apprécié le match. Je me faisais la réflexion, au fur et à mesure, que peut être je comprenais un peu pourquoi c'était si séduisant et que ça enflamme les peuples. Le jeu est relativement simple (pas comme certains sports qui sont certes fascinants, mais extrêmement compliqués à comprendre et donc à apprécier), les joueurs sont agréables à regarder (eh quoi, ça compte quand même !), il y a du suspense, des surprises, et les buts entraînent une joie incontrôlable et libératrice. Ca réveille en moi des sentiments cocorico, une certaine fierté, de me dire que mon pays est champion du monde de foot. Enfin, à dire vrai, je suis contente pour les joueurs, si ça réveille mon patriotisme c'est juste que pratiquement tous les pays sont dingues de foot, donc forcément la victoire de l'équipe de France va faire briller notre pays les quatre ans à venir. Ceci dit, je sens cette joie patriotique un brin arrogante pour tout : prix Nobel, championnats d'autres sports, découvertes scientifiques, écrivains... J'aime mon pays, même si je le critique souvent, car aimer ne me rend pas aveugle et j'aimerais tant que ce pays dans lequel je vis et je grandis rayonne un peu mieux chaque jour. Ce qui me rend un peu triste avec le foot, c'est que certes, ça "unit" les Français pendant un mois, mais après pschiiiiittt cet enthousiasme disparaît, et d'ici 15 jours mes agréables voisins continueront à me crier depuis leur jardin que je suis une sale étrangère et qu'ils voudraient nous casser la gueule, à moi et à mon copain (les joies de la campagne !) (histoire vraie, je ne plaisante pas.). J'aimerais tant que cette liesse génère un mouvement de vie, de combat pour des droits plus justes, pour une plus grande tolérance... je suis toujours déçue de voir les gens tout donner dans des instants de démonstration de sentiments extrêmes, comme s'ils se déchargeaient, puis ils oublient tout, et les "vive la France" retombent bien vite pour laisser place à l'indifférence dans laquelle les individus savent si bien se murer aujourd'hui.

Enfin bref, voilà en quoi aujourd'hui est un peu spécial sur le blog, j'avais bien envie de vous partager mes pensées ce soir. Je ne veux pas finir sur une note désagréable ou amère, car je combats chaque jour ces pensées négatives qui me rendent souvent bien plus malheureuse que de raison, et qui me m'empêchent de voir tout ce qu'il y a de positif dans le monde ! (je ne parle pas souvent ici de mon état dépressif, mais celles qui me suivent sur Instagram connaissent bien mes combats réguliers avec cette maladie).
C'est pourquoi, aujourd'hui j'ai eu vraiment envie de vaincre mes pensées négatives, et j'ai voulu me laisser emporter par ce weekend de liesse nationale ! Car hier c'était le 14 juillet, décidément ce furent deux jours bleu blanc rouge !

Il faut dire qu'à la campagne je vis tout de façon radicalement différente. Sans nul doute la vie parisienne me faisait sombrer dans un pessimisme destructeur, mais la campagne me rend plus douce et tolérante, et ses bénéfices se font bien voir. Je comprends mieux pourquoi Marx, Nietzsche, Rousseau et bien d'autres eurent un besoin médical de s'exiler des villes ! La campagne elle-même est si paisible, il y a beaucoup plus de vie non humaine et ça fait beaucoup relativiser sur notre propre vie. Au bout d'un an, je ne me révolte plus contre les insectes qui me piquent quotidiennement, je fais attention aux nids de guêpes, je laisse les araignées reprendre leurs droits dans certains coins de la maison, bref, j'apprends à cohabiter et à comprendre que ma vie n'a rien de supérieur aux autres, si petits puissent-ils être. Mais également, les gens à la campagne sont bien plus paisibles. L'été, la Savoie est hyper dynamique avec beaucoup de brocantes, de fêtes agricoles, de fêtes de village etc. nous rencontrons des tas de gens différents, la majorité des gens simples, des agriculteurs, et les échanges sont spontanés, gentils, simples. Je ne dis pas que tout est parfait, mais c'est une bouffée d'air frais après les visages moroses et ternes du RER D que je prenais tous les jours... Du coup, je pense que c'est tout ça aussi qui adoucit mes pensées acides et misanthropes que j'avais avant sur le foot, ou sur les gens. Bon, après j'ouvre Instagram et je suis effarée par la connerie humaine, mais heureusement tout téléphone s'éteint, et ma vie peut continuer sans la haine gratuite, l'envie, le mensonge, la jalousie et les manipulations narcissiques qui sont de mise entre la plupart des gens dans la vie "virtuelle" ! Je fais un tour dans mon jardin, j'observe mes plantes, je joue avec mes chats, je sors au village, je marche mes 10km quotidiens (oui oui !), et je me dis que c'est chouette de se reconnecter à la vie "immédiate", celle qui nous entoure, celle que nous touchons, celle qui est là, qui se présente à nous... Et donc, pour en revenir au foot (car tous les chemins mènent au foot aujourd'hui ! hihi), je suis contente de simplement partager aujourd'hui la joie de tous mes voisins, de tous mes compatriotes, sans arrêter de réfléchir, mais juste de la mettre en veilleuse pendant quelques heures ;)

Je vous embrasse mes chatons, et je vous laisse avec cette tenue... bleu blanc rouge, évidemment.

Bécots !


Crédit photos : Luc Dujardin


















Commentaires

Facebook Twitter Instagram Pinterest Inspilia

Articles les plus consultés