Passion vide-greniers


Hello mes chatons,

Un petit article avant la reprise des posts philo ! Vous me les réclamiez et ça va arriver. Au programme, je vous parlerais de don, d'ethnologie, mais aussi d'éthique animale... autant de noms d'apparence barbare et pourtant au coeur de nos vies.

Pour en revenir à des choses plus légères, le retour du printemps des douces températures appelle le retour des brocantes et vide grenier. Depuis que je vis à la campagne c'est l'une des choses que j'aime le plus faire le weekend... Avec l'Amoureux nous partons assez tôt pour avoir les meilleures pièces, et à chaque fois nous revenons avec des merveilles. Je n'y vais jamais avec une idée bien précise de ce que je veux trouver, en général je fonctionne au coup de coeur, tout en essayant de raisonner, car des fois vu les prix super bas on est tentées de prendre tout ce qui nous plaît et de repartir avec quantité de bibelots qui finiront couverts de poussière quelques mois plus tard... Enfin je dis ça parce que je ne suis pas très portée sur la déco intérieure, ce n'est vraiment pas mon truc, par contre dès qu'il s'agit de chaussures ou de vêtements je suis tout d'un coup beaucoup moins raisonnable ! x)

A vrai dire, je suis hyper sensible à l'histoire du vêtement. Quand on achète de seconde main il y a cette magie de se dire que le vêtement a vécu avec quelqu'un d'autre, qu'il fut le témoin d'une autre existence, et d'une certaine façon le porter c'est permettre à une histoire commencée au hasard de perdurer au-delà du cycle de l'existence individuelle. Je suis contente de me dire que plus tard ce vêtement continuera sa vie jusqu'à l'usure avec quelqu'un d'autre, et ça m'émeut. Ainsi, quand je trouve des vêtements en vide grenier j'ai du mal à rester raisonnable quand une pièce me tape dans l'oeil. J'ai l'impression qu'il y a un flux d'énergie qui se connecte à un autre, comme si je devais continuer l'histoire du vêtement parce que quelque chose nous rapproche. Car si nous nous arrêtions au pur besoin, inutile de dire que je n'aurai besoin de rien, tant ma penderie est pleine à craquer !
Je suis donc contente de pouvoir chiner avec plaisir au grand air, car même si j'ai toujours aimé porter du vintage depuis les premiers articles du blog, chercher mon bonheur à Paris n'était pas aussi agréable. Déjà, c'est toujours dans des boutiques, tout est soit en bordel absolu soit trop bien classé, et je perds ce côté surprise des vide grenier puisque quand j'y vais je ne sais jamais si je vais trouver des vêtements... Ensuite, c'est trop cher. Non mais 30 balles la robe vintage des années 80 c'est trop quoi ! Déjà la robe que je porte sur les photos coûtait 15€ et je n'ai jamais mis aussi cher dans un vide grenier pour une robe... ni pour des chaussures d'ailleurs ! Je soupçonne la dame qui la vendait d'avoir gonflé le prix à la tête du client, mais bon c'était une vente pour une association et l'Amoureux me l'a offerte donc je ne vais pas me plaindre hein ! Tout ça pour vous dire que comme d'habitude je vais conclure en vous disant que la vie à la campagne c'est vraiment le kiffe de tous les côtés quand il recommence à faire beau ;)

Sans transition je voulais vous dire quelques mots sur le livre que je tiens dans mes mains sur les photos : il s'agit du Conte du coupeur de bambou connu aussi sous le nom de Princesse Kaguya dont vous avez peut être entendu parler grâce au merveilleux film d'animation de Takahata Isao (mais le conte original est un conte japonais très ancien). Ce géant du cinéma d'animation japonais s'est éteint il y a quelques jours, et je vous avoue avoir été chamboulée par sa disparition. Je sais bien qu'il était très âgé, qu'il nous laisse un bel héritage, et que tout vivant est voué à la mort, mais bon que voulez-vous je me suis sentie très émue pour avoir grandi avec ses films... Pour celles qui ne le connaissent pas, il s'agit du créateur des fameux studio Ghibli, aux côtés de Miyazaki Hayao. J'ai lu de droite à gauche qu'ils étaient rivaux, ce qui est d'une connerie absolue et parfois les journalistes feraient mieux d'arrêter d'essayer de faire du sensationnel juste pour rajouter de l'intérêt factice à une histoire qui n'en a pas besoin. Takahata et Miyazaki n'étaient nullement rivaux, mais associés, et très amis, comme le peuvent témoigner les nombreux films co-produits et co-écrits jusqu'à sa disparition... Bref, une grande perte pour le cinéma d'animation, que je sens difficilement remplaçable hélas. Mais bon, d'un autre côté que sa mémoire perdure à travers ses films, magnifiques témoins d'une créativité et d'un engagement viscéral. Si vous ne le connaissiez pas je vous invite vraiment à regarder par exemple "Mes Voisins les Yamada" ou "Le conte de la Princesse Kaguya", que je trouve visuellement plus intéressants que "Le Tombeau des Lucioles". Ce sont des fables touchantes sur la vie, avec humour et mélancolie, et surtout avec bienveillance et sagesse.

Je vous laisse avec les photos, j'espère qu'elles vous plairont.

J'ai eu un long passage à vide ces dernières semaines, avec impossibilité de faire des photos par manque de goût et d'envie, je me trouvais horrible sur chaque photo et rien que faire des photos me semblait un geste aussi contingent que ridicule. La tête dans mes concepts me rend un peu plus imperméable à l'univers des blogs, bien que j'essaie de défendre totalement autre chose ici. Je me sentais comme vidée de ma force vitale, épuisée et asséchée, mais après un combat contre moi-même je me sens un peu plus ragaillardie ! Il faut parfois savoir accepter son impuissance, sans pour autant se laisser emporter par elle. J'ai beaucoup jardiné, j'ai fait d'autres choses, et finalement je me sens encore mieux, comme si j'avais franchi un nouveau seuil :)

Bécots !


Crédit photos : Luc Dujardin

* * *

Lieu : Saint Genix sur Guiers, Savoie

* * *

Robe : +vintage 
Fleurs pour coiffure : +Miss Bellas Blooms* (eshop)

 * * *

Tous les articles précédés de + sont des articles produits avec certitude de façon équitable (respect de la main d'oeuvre et de son savoir faire ou respect de l'environnement ou les deux à la fois). 

Tous les articles suivis d'une * ont été offerts par la marque en question.

Aucun lien n'est affilié. 

Retrouvez mon article sur mes marques éthiques préférées >ici<

















Commentaires

  1. Toujours aussi belle ! J'aime tellement voir les arbres en fleur, ça égaye encore plus la tenue !
    Bisous
    http://paulynagore.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
  2. Je ne le dirai jamais assez mais tu ressembles à ma marraine Junko ! xD Raccourcis toi les cheveux et met des lunettes de vue teinté et je pourrais t'appeler Junko :p

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre petit mot, je vous réponds au plus vite !

Facebook Twitter Instagram Pinterest Inspilia

Articles les plus consultés