Je te souhaite la libre disposition de toi-même


Hello mes chatons,

Et nous voici au dernier jour de 2017. C'est curieux n'est-ce pas ? La fin d'année est toujours étrange, comme un portail temporel entre deux univers. J'ai l'impression que le temps flotte d'ailleurs, que les heures passent sans passer et que le temps est figé dans l'instant tout en étant en devenir.
Habituellement je fais un récapitulatif de l'année, je ne sais pas si je le ferai pour 2017. Je n'ai plus trop l'impression de tenir un blog mode, maintenant il a glissé vers la philosophie et je préfère maintenir ce cap qui m'épanouit bien plus qu'avant. Je suis contente d'avoir pris la décision d'assumer complètement des écrits vraiment philosophiques, et je n'accorde plus d'attention aux personnes qui trouvent que c'est ridicule ou qui vont essayer de me piquer par jalousie ou par méchanceté. C'est fini tout ça. Bien sûr, quand je prends un pic, je me sens touchée, comme par une piqûre d'insecte, mais j'ai décidé de ne plus le prendre autant à coeur qu'avant. Peut-être aussi parce que j'assume mieux ce que je suis aujourd'hui, je n'ai plus envie de perdre mon temps à me justifier, ou à essayer de plaire à des gens qui de toute façon ne sauront pas apprécier ce que je suis. Voilà donc ma décision pour 2018, celle de me tourner vers les personnes ouvertes, qui m'accueillent, qui m'écoutent, qui me parlent, et qui partagent.

Je tenais absolument à poster cette séance photo aujourd'hui, ce n'est peut être pas stratégiquement la meilleure période pour publier ces photos, mais j'en ai marre de devoir tout le temps penser à ces détails pour le blog. Aujourd'hui plus que jamais ça avait vraiment du sens de publier ces photos, car elles sont pour moi le symbole d'une belle amitié. Nous avons réalisé cette séance photo il y a presque deux ans avec Marion, photographe sous le nom Marion Midnight (il faut aller voir son travail, j'ai mis les liens plus bas !). Bien plus qu'une photographe pour moi c'est une artiste que je respecte et une grande amie avec qui j'ai toujours énormément plaisir à échanger. Nous avons une amitié qui a connu des hauts et des bas, c'est normal, mais là où je suis heureuse et qui fait que j'estime tant notre lien, c'est que Marion et moi avons toujours réussi à mettre nos ego de côté pour entretenir notre amitié. Nous réussissons toujours à discuter, à reconnaître nos erreurs, nos qualités, à nous dire quand nous aimons ou quand nous aimons moins, sans jamais blesser l'autre, ou si nous le faisons alors nous nous excusons. Je me suis rendue compte, au fil des trahisons que j'ai pu vivre (2017 fut une année très rude en amitié pour moi), que des personnes comme Marion sont très rares, et qu'il faut vraiment donner son énergie à ces êtres, et arrêter de la gaspiller pour entretenir des relations qui sont vouées à l'échec de toute façon. Mon gros problème, c'est que je suis quelqu'un d'entier : je n'arrive pas à faire semblant. Machiavel me serait bien utile pour me conseiller, car je suis une piètre diplomate. Quand j'estime avoir une cause juste à défendre, ou que je me sens injustement jugée, je suis très passionnée et je ne peux pas mettre de l'eau dans mon vin pour essayer d'être maligne. Alors je me fâche avec beaucoup de gens, parce que c'est quelque chose qui déplaît beaucoup, que d'être honnête et franche, surtout dans le milieu des blogs car c'est une vague d'hypocrites flatteuses qui calculent leurs relations. C'est à qui aura le plus de partenariats, le plus de relations, etc. Peu sont celles qui sont honnêtes envers elles-mêmes, qui ne calculent pas et qui ne jalousent pas. Eh bien, tant pis. Dans le temps, je me rends compte des amies qui sont là pour moi, qui valent la peine que je mette toute mon énergie pour elles. Marion est l'une de ces personnes et je voulais finir avec une ode pour l'amitié, la vraie, la sincère, celle envers et contre tout. Je ne voulais pas finir sur l'amertume que m'a laissé en bouche les désillusions vécues par internet cette année. Coup de couteau après coup de couteau dans le dos, je me suis pris des réflexions très injustes de la part de gens que je pensais être proches. Mais c'était de ma faute, pour avoir penser que nous étions semblables. Je n'ai pas suivi le conseil de Sénèque "après l'amitié, on doit faire confiance, après l'amitié, on doit juger" (Lettre à Lucilius, lettre 3), j'ai bien trop fait souvent confiance avant d'avoir juger avec sagesse, j'ai ouvert mon coeur, mon foyer, mes pensées, en pensant que si je me donnais avec honnêteté et vérité, je recevrai de même. Or, nombreuses sont les personnes à qui ça fait peur. Car lorsque nous exigeons de nous-mêmes vérité et honnêteté, nous l'exigeons des autres, et les autres ne sont bien souvent pas capables de nous rendre monnaie de notre pièce. J'ai eu tort, je le regrette un peu, j'ai livré ce que j'avais de précieux à des personnes qui ne pourraient jamais l'apprécier, et c'est un peu bien fait pour moi si j'ai tout pris dans la tronche plus tard. Je dois faire plus attention, et consacrer mon énergie au peu de personnes qui m'ont traité avec autant de vérité qu'elles se traitent elles-mêmes.

Concernant le blog, j'ai envie de faire plus de photos comme ces dernières, plus d'art, plus de liberté, sortir du "outfit of the day" comme on le nomme sur Instagram. La consommation m'écoeure, j'ai de la peine à vivre avec ce monde d'aujourd'hui, où tout est très superficiel, où nous consommons aussi bien les objets que les personnes, où les amies sont jetables, où tout est fait par intérêt. Ces derniers temps je me sentais très triste, une tristesse infinie à laquelle il ne me semblait pas trouver de remède. C'est en ouvrant pour cet article les livres de Stoïciens que j'ai réalisé qu'il me restait une solution, celui de la philosophie, de l'étude, de l'apprentissage. Savoir, comprendre le monde avec le plus de justesse possible, suivre les pas déjà tracés de Hannah Arendt, Bergson, Merleau Ponty, voilà mon but. Je n'ai que faire de l'avis des autres, il me faut apprendre à "mépriser le plaisir qui vient de l'assentiment du plus grand nombre" (Sénèque, Lettres à Lucilius, lettre 7) et me soucier d'abord de mon "bien supérieur" comme l'appelle Marc Aurèle, c'est-à-dire mon âme. Je dois employer ma vie à être bien avec moi-même, que lorsque je serai mourante je puisse me dire "j'ai bien vécu".... Il n'y a rien de plus honteux qu'un vieillard qui commence à vivre, comme le dit Sénèque, alors je dois apprendre à ne pas être ce vieillard, et commencer à vivre maintenant. C'est une question de survie, car une vie sans aucun sens m'est insupportable. Aussi, j'ai commencé à réfléchir à tout ce que je faisais, en me demandant s'il y avait du sens à tout cela. C'est en procédant ainsi que j'ai amorcé un changement partout. Ici, sur le blog, je veux donner du sens à mes photos. Je veux qu'elles expriment plus que de la joliesse, je veux qu'elles me permettent de réaliser quelque chose. Mes textes, je les souhaite toujours plus approfondis, ne pas abandonner lorsque j'ai la flemme, ne plus renoncer lorsque je n'ai pas envie de comprendre, ne pas arrêter ma pensée parce que je suis fatiguée. Je dois me battre contre moi-même, c'est fatigant, oui, mais ça en vaut la peine. Car au final, la seule personne avec qui je vais toujours devoir vivre, c'est moi et personne d'autre. Alors autant que nous soyons bonnes amies ! Pour les réseaux sociaux, je vais apprendre à ne plus ressentir de déprime lorsque je vois mes publications occultées par les algorithmes : tant qu'il y aura quelqu'un pour les voir, elles existeront. Ce n'est pas le nombre qui leur donnera leur puissance, mais leur propre intention. Peu importe qu'elles soient vues par des dizaines ou des milliers de personnes. Si elles touchent au moins un être, alors elles existeront. J'ai décidé aussi de partager beaucoup plus avec vous mes lectures sur Instagram, et de continuer coûte que coûte, toujours avec ardeur, joie, et sans calcul. Je n'ai pas l'ambition de "réussir" à tout prix, d'une réussite creuse et insipide, je n'ai pas la prétention de vouloir marquer mon temps, je veux juste pouvoir aider. Poursuivre un chemin commencer il y a 3000 ans par Zénon, Criton, Caton, qui a été poursuivi par d'autres, et que ma pensée soit toujours vivante. Voilà ce que je veux.

Et dans mon égoïsme humain de quelqu'un qui pense suivre le bon chemin, je vous souhaite la même chose mes chatons. Je vous souhaite, comme Sénèque, ceci :

"Vis de telle sorte que tu n'aies rien à te confier que tu ne puisses confier même à ton ennemi" (Lettre 3)

Que vous n'ayez pas à rougir d'avoir vécu, que vous puissiez vous regarder dans un miroir et vous dire que vous êtes sur le chemin juste de la sagesse, que vous puissiez vous retrouver seules et aimer votre propre compagnie. Car telle est la sagesse, "le plus grand devoir de la sagesse, c'est que les oeuvres concordent avec les mots, que l'homme soit partout identique et égal à lui-même." (lettre 20). Que vos actions soient toujours alliées à vos mots, que vous soyez intègres. C'est ce que je me souhaite à moi aussi, quand bien même cela est difficile, surtout dans un monde qui ne veut surtout pas que nous pensions par nous-mêmes. Il est tellement plus facile de renoncer, et de continuer son chemin avec indifférence... Je vous souhaite d'avoir le courage d'être toujours vous-mêmes, non pas dans une identité figée et unique, mais dans une pluralité d'êtres, une multitude de facettes, toujours en mouvement, toujours en devenir. Comme le disait Nietzsche, il faut arriver à se surpasser, à être au-delà de ce que nous sommes, afin de devenir ce que nous sommes. Nous sommes des êtres en devenir, en mouvement, et pour ne pas se perdre ni prendre peur, la sagesse est là pour nous guider.

Je vous souhaite donc, une très belle fin de 2017, et un beau début de chemin en 2018.

Bécots <3


Crédit photos : Marion Midnight

Instagram- Behance







Commentaires

  1. je suis fan de cette série de photo
    tu es superbe
    c'est toujours un grand plaisir de découvrir tes articles
    gros gros bisous

    RépondreSupprimer
  2. L'amitié... les relations... C'est un enfer pour moi, je suis pareil que toi quelqu'un d'entier, j'aime entretenir des relations qui m'apportent quelque chose, des échanges, de la réflexion. Si c'est pour se voir pour se voir et faire semblant c'est inutile !
    Bravo pour ce shooting encore une fois je suis sous le charme
    Je te souhaite une excellente année ma belle
    Biz jeny

    RépondreSupprimer
  3. Jolie série de photos !!
    Très sympa !! Bonne année
    biz - annso
    http://www.annsom-blog.com/

    RépondreSupprimer
  4. Chouette article!
    Oui c'est pareil pour moi, des grosses déceptions car j'attends des gens qu'ils donnent autant que moi, alors que nous ne fonctionnons par tous de la même manière et n'avons pas tous les mêmes attentes.
    Du coup j'ai appris à décider pour moi, décider que telle relation était toxique et qu'il valait mieux l’interrompre, ou qu'elle était chouette mais qu'il ne fallait pas attendre quelque chose de trop profond, pas plus que ce que cette personne pouvait donner.
    Au final je sais que ceux que j'appelle mes amis sont là depuis très longtemps et partagent les même valeurs que moi, les autres devront faire leur preuves :-)
    Mais de base je m'ouvre aussi très facilement aux gens, suis très entière et il a fallu apprendre à me protéger.
    C'est ça qui est cool avec l'âge, au final on apprend à se connaître soi-même et on ne se rend pas compte de l'importance que ça peut avoir dans une vie mais c'est énorme!
    Tu as dis que tu aimais bien les longs messages alors je me lache hein ahah.

    RépondreSupprimer
  5. Ces photos sont superbes, et tes choix soigneux de vêtements et de looks sont toujours aussi dingues! J'adore! Tu es une vraie artiste qui se transforme à loisir!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre petit mot, je vous réponds au plus vite !

Facebook Twitter Instagram Pinterest Inspilia

Articles les plus consultés