If you can't love yourself, how the hell can you love somebody else ?


Hello mes chatons,

A vrai dire, j'étais censée vous publier la suite des Méditations Métaphysiques, puisqu'il me restait de vous parler de ce qu'il y a de plus excitant et fascinant dans ce texte... Mais Blogger a mystérieusement supprimé mon texte DEUX PUTAIN DE FOIS, alors que je l'avais bien avancé, et là je suis encore tellement vénère que je n'ai pas vraiment le courage de tout recommencer pour le moment. Ca viendra bientôt !

Et puis, il était temps de faire une petite pause philosophie, vous avez été nombreuses à me dire que vous aimiez beaucoup ces textes mais qu'il vous fallait du temps pour les lire et les digérer.

En fait, j'avais assez envie de rebondir sur ce super article publié par ma licorne à paillettes Ninaah Bulles, que vous pouvez lire ou relire >ici< , dans lequel elle parle de la perception de soi qui parfois nous mène à ne pas nous aimer quand on se lève le matin.

Il me semble qu'en tant que blogueuses, nous avons une certaine pression à toujours avoir l'air super bien, en bonne forme, confiantes en nous, heureuse et avec une vie cool. C'est aussi à cause d'un grand nombre de blogueuses qui veulent faire croire qu'elles sont exceptionnelles, afin de se poser sur un piédestal et provoquer le désir et l'envie. Après tout, c'est un excellent fond de commerce, que le capitalisme a compris depuis bien longtemps : faire croire aux autres que leur vie est moins valeureuse et moins intéressante que celle de quelqu'un d'autre, c'est pouvoir leur insinuer qu'en imitant des personnes dites "influenceuses", leur vie sera moins nulle. C'est toujours jouer sur ce fond de culpabilisation "si sa vie à elle est bien, il n'appartient qu'à toi de l'imiter, et si tu ne le fais pas ne te plains pas"... évidemment, pousser les gens à être indépendants et à réfléchir par eux-mêmes, c'est s'exposer au risque de la critique, de la remise en question du système, et comme ce système n'est pas équilibré il serait renversé.

J'avais déjà parlé de cette tendance insupportable des réseaux sociaux à nous vendre du mensonge et à nous déformer la réalité pour la transformer en faux rêve en plastique troué, si vous voulez relire c'était ici.
Parce que bon, c'est quand même pénible de devoir faire semblant en permanence d'aller bien, comme le dit très justement Ninaah dans son article. Nous sommes des blogueuses rondes, grosses, comme vous voulez, nous prônons l'acceptation de soi et le mouvement du bodypositive, mais du coup il y a une nouvelle pression qui est née de cela, celle de sombrer dans le discours du "je vais toujours bien et je me trouve toujours belle", qui finalement va contre ce mouvement d'acceptation de soi que nous voulons transmettre. Car s'accepter, c'est aussi dire quand ça va mal, sans avoir honte, sans se sentir humiliée. C'est admettre que nous ne sommes pas parfaites, et pas que physiquement. Il y a des comptes comme Bodyposipanda que je suis depuis des mois et qui me font beaucoup de bien, parce que cette jeune femme se montre comme elle est, et un jour elle a montré une photo d'elle le matin, souriante, maquillée, puis une photo d'elle quelques heures plus tard, après une crise d'angoisse. Son visage est crispé, elle pleure, elle a l'air au bout de sa vie. Et elle écrivait ces mots : "je ne veux pas que vous pensiez que ma vie est parfaite. Je suis aussi quelqu'un qui pleure, qui a peur, qui a des failles. Je vous montre ça pour que vous puissiez voir que quand vous êtes comme ça aussi, c'est normal. On a toutes des phases où l'on se sent mal. Vous n'avez pas à culpabiliser de vous sentir mal parce que les autres ont l'air d'aller bien". Et oui, elle a raison. Nous avons le droit d'être mal, de se sentir moche et inutile. Ninaah le disait très bien, il y a des jours on se lève, rien ne nous va, on est moches, on se sent inutiles et ridicules.
Ca m'arrive aussi, malgré les photos super pensées et les poses qui donnent l'illusion que je me sens la plus belle et la plus confiante en moi. Il faut toujours se rappeler que l'on fait des centaines de photos par séance, et que l'on choisi que les 10 ou 20 photos que l'on aime le mieux !
Mais ce sont ces moments là qui justement, paradoxalement me donnent encore plus de force, car en acceptant mes failles je finis par être plus forte qu'elles. Ce n'est pas parce que je me sens mal des fois que cette insécurité me définit. Et il ne faut pas faire semblant, il ne faut pas cacher ce mal-être quand il surgit, car c'est vouloir enterrer quelque chose qui a besoin d'être exprimé.

Vous me direz ici : oui, mais les réseaux sociaux ne sont pas non plus une psychothérapie, et on y va pour s'évader du quotidien, pas pour voir des meufs parler de leurs problèmes.

Je suis assez d'accord sur le fait que les réseaux sociaux ne sont pas fait pour que tous le monde étale sans réfléchir ses problèmes... Mais voilà la nuance : c'est la juste mesure qui fait tout. Vraiment, les personnes qui passent leur temps à se plaindre ça me soûle, mais les meufs qui filment leur carnet de développement de soi avec leurs notes intimes écrites dessus en mode "regardez comme je suis positive la vie c'est génial et tout est rose et à paillettes dans la vie, il suffit de la prendre du bon côté", ça m'énerve tout autant.
Parce qu'au final, on a beau dire, les réseaux sociaux font partie de notre vie. On les consulte tous les jours, et donc tout ce qui y est écrit et dit finit par nous travailler inconsciemment.
La preuve : on finit toujours par croire que les autres ont une vie formidable. Alors que non. Ils ont juste une vie différente de la nôtre et choisissent de n'en montrer que les bons côtés. On finit par regarder sa vie, soi-même, en se disant qu'on est nulles, parce qu'on n'a pas la confiance nécessaire en nous-mêmes pour être mieux. Et qu'une belle vie n'est pas pour nous.
Voilà le pouvoir des réseaux sociaux, et voilà pourquoi je pense qu'il est temps pour les blogueuses, les gens qui montrent leur vie, d'aussi montrer que tout n'est pas parfait. Je pense que cela sera bénéfique pour elles aussi, car à force de faire croire qu'elles sont parfaites, ça doit être très difficile de gérer les échecs... Quand je vois des blogueuses que j'aimais bien qui finissent par être super imbues d'elles-mêmes, de crier des grands discours sur l'acceptation de soi alors qu'au final elles sont dans la rivalité permanente avec les autres, je me dis que c'est dommage de s'enfoncer autant dans le mensonge et l'hypocrisie qu'elles ont elles-mêmes créé autour d'elles.

Voilà pourquoi sur Instagram je me filme très souvent sans maquillage, que je m'énerve parfois, et que j'essaie le plus possible d'être honnêtes envers vous, mais aussi envers moi-même. Parce que c'est ce que je suis, réellement. Je n'ai pas à avoir honte de ne pas me maquiller chez moi quand j'ai envie de vous faire une vidéo, je n'ai pas à me mettre la pression pour être tout le temps bien apprêtée, parce que la vraie vie, celle que l'on vit pour de vrai et non à travers un filtre, c'est ça. Nous, femmes, nous avons déjà tellement de pressions partout... cela ne vaut pas le coup de se rajouter une contrainte, alors que nous devons déjà tout le temps nous battre pour qu'on nous foute la paix.
Quand je reçois des messages du genre "tu me donnes envie de m'aimer comme je suis" "grâce à toi je n'ai pas honte d'être moi-même" etc. ça me met du baume au coeur, car ce que je vous montre c'est du sans filtre, c'est Matoushi, c'est Fériel, c'est moi, je me livre à vous, et quand je vois que ça vous touche au point de vouloir être vous, c'est la plus belle des récompenses.

J'ai beaucoup de mal à comprendre ces blogueuses (car bon, soyons honnêtes, je vise surtout les blogueuses dans cet article, puisque ce sont celles qui s'exposent le plus sur internet), qui se mettent un masque sur le visage, avec toujours une expression douce et innocente, qui ne parlent jamais des personnes qui les inspirent (sauf les gros comptes super connus parce que bon on ne perd rien à être opportunistes), ça me rend triste. Triste pour elles, car finalement elles bâtissent un univers qui tient sur du vent, et le jour où elles se prennent un revers de manche elles ne comprennent pas. C'est ça, le travers de l'ego.
Rousseau parle admirablement de la différence entre l'ego et l'amour de soi. L'ego, c'est le mauvais respect de soi-même, c'est celui qui, quand il est flatté, nous fait tomber dans l'envie, la jalousie et l'égocentrisme. Il ne nous rend jamais heureux, mais nous pousse toujours à désirer plus et à envier les autres. L'amour de soi au contraire, est bienveillant. Il nous pousse à nous aimer comme on est, à aller plus loin dans notre apprentissage de la vie car il accepte la remise en question de soi. Malheureusement, beaucoup trop de monde tombe dans l'égo, et non dans l'amour de soi. Il n'y a plus cette sérénité qu'il devrait y avoir entre chaque humain, mais une rivalité et une jalousie aussi ridicule l'une que l'autre !

L'amour de soi, c'est donc aussi s'aimer quand on ne va pas bien. Et quand on s'aime dans tous nos états, c'est être indulgente aussi envers autrui. Voilà le véritable premier pas envers la paix en soi, et avec les autres. N'est-ce pas un monde bien plus enviable que celui du perpétuel désir et de l'envie ?

Alors non, ce chemin n'est pas facile. Il ne suffit pas de remplir des carnets industriels sur le bonheur avec un stylo rose pour que tout s'améliore dans notre vie. Il va falloir pleurer, se mettre face à ses peurs, à ses insécurités, et peut-être se détacher de personnes toxiques dans notre vie. Mais c'est ça qui vaut le coup de vivre : c'est tout ça qui fait que nous sommes un individu. Les peines sont là pour nous faire apprécier les joies, les doutes pour apprécier nos choix. Nul n'est parfait, nul ne sera jamais parfait, mais au moins, on peut essayer. Nous pouvons chaque jour nous lever et nous dire que nous sommes capables de nous aimer, peu importe ce que nous sommes. Et surtout, nous aimer sans faire de nous une perfection, et devenir sereine.

A quoi bon semer l'envie et la jalousie chez les autres ? Comme c'est plus simple de semer l'amour et le respect ! Je ne comprendrais jamais ces personnes qui perdent autant de temps à trouver des excuses pour détester autrui. Aimez ce que vous avez de singulier, ne vous comparez pas aux autres. Personne n'est votre ennemi que vous-mêmes. Et donc, personne ne peut être votre allié autrement que vous-mêmes...

Bon, d'accord, cet article commence à sombrer dans la grandiloquence. Mais parce que c'est ma réponse à ces derniers mois, où j'ai vécu des trahisons les unes après les autres, de personnes que je croyais être des amies, ou au moins des gens qui me respectaient. En grattant, je n'ai découvert que mesquinerie, jalousie, méchanceté et envie. Cela m'a d'abord tellement rendue triste. J'ai pleuré de nombreuses fois, en pensant que j'étais celle à blâmer. Que je n'avais peut être pas été assez bien. Que j'aurai du dire ou faire les choses autrement. Mais finalement, en réfléchissant, je me suis rendue compte que c'était le prix à payer quand on est honnête dans un monde de requins. Que finalement, je renvoyais aux autres leurs propres insécurités dans la face, parce que justement, je suis bien avec moi-même. C'est vous mes chatons qui m'avez aidée à réaliser cela, mes amies, mon Amoureux, ceux que j'estime et que j'écoute. J'ai à présent de la peine pour ces personnes, et j'espère qu'un jour elles trouveront la même paix que j'ai aujourd'hui en moi.

C'est pour ça, je vous le redis : les épreuves de la vie, les moments de doutes, tout cela est là pour vous aider à vous trouver vous-mêmes. Chérissez vos différences, acceptez celles des autres. C'est si simple ! et si dur. Nous n'y arrivons pas tous les jours, nous manquons parfois de bienveillance. Mais que ces jours de tristesse ne soient pas les seuls jours de notre existence.

A très vite mes chatons,

Bécots <3

P.S : qui a reconnu d'où vient le titre de cet article ? :p
(Indice)



Crédit photos : l'Amoureux

* * *

Lieu : Saint Genix sur Guiers, Savoie

* * * 

Caftan : +Tiss'Ame (dispo ici)
Chaussures : Charlotte Olympia
Bijoux : +Voriagh, +Les Néréides
Chapeau : Shibuya 109, Tokyo

* * * 

Tous les articles précédés de + sont des articles produits avec certitude de façon équitable (respect de la main d'oeuvre et de son savoir faire ou respect de l'environnement ou les deux à la fois).
Tous les articles suivis d'une * ont été offerts par la marque en question.



Chaussures chats Charlotte Olympia



Look automne grande taille



Caftan Tiss'Ame

Commentaires

  1. Coucou,

    Tu es magnifique !

    Sarah, http://www.sarahmodeee.fr

    RépondreSupprimer
  2. Les couleurs de l'automne te vont vraiment a merveille
    Biz
    Julie
    www.leblogdegilbertebyjulie.com

    RépondreSupprimer
  3. J'aime beaucoup cet article et j'adore le fait que tu cites Rousseau pour parler d'amour de sois-même. Je trouve d'ailleurs très juste le passage que tu cites de lui ! J'aime beaucoup ce genre d'article, car cela nous rappel des idées que l'on a tendance à oublier trop vite...

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour cet article censé et très juste :)
    Si tu savais le nombre de fois où je sors sans maquillage, j'ai même déjà fait des looks sans make-up et c'est pas un drame, les gens ne font pas plus attention à moi et ne me pointent pas du doigt parce qu'ils me voient au "naturel" ;)

    Et parfois ça fait du bien de dire à son lectorat qu'on ne va pas bien, sans rentrer dans les détails mais ça prouve que nous blogueurs (amateurs ou non) ont aussi des failles, et qu'il faut les accepter.

    Personne n'a une vie parfaite, il y a toujours des hauts et des bas, on est juste humains après tout et pas des machines :)

    Bon sinon ta tenue est canon comme toujours, c'est un réel plaisir que de te lire!
    Gros bisous!

    http://paulynagore.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
  5. non mais tes photos sont un bonheur
    cela fait du bien de venir sur ton blog
    continu comme ca
    gros gros bisous

    RépondreSupprimer
  6. Ru Paul of course...
    Je suis tombée par hasard un soir de déprime sur cette émission sur Netflix... ça a illuminé ma soirée.... j'ai adoré l'esprit de bienveillance et d'acceptation de soi qui en émanait.
    Sinon je plussoie tout ce que tu dit sur l'égocentrisme des réseaux sociaux. des études ont démontré que Instagram et snap chat favorisait la dépression des jeunes à cause de la dictature du like (http://www.journaldugeek.com/2017/05/23/snapchat-instagram-anxiete-depression-jeunes/).
    Je dirais chez les jeunes, et aussi les moins jeunes... On a appris a prendre du recul par rapport au papier glacé /tv/cinéma, mais je trouve qu'il est plus difficile de prendre du recul par rapport la la " vie parfaite" d'une copine, ou d'une miss lambda sur instagram.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre petit mot, je vous réponds au plus vite !

Facebook Twitter Instagram Pinterest Inspilia

Articles les plus consultés