Le Marais de Lavours



Hello mes chatons,
Je crois qu’il n’y a rien de plus merveilleux pour moi que de découvrir chaque jour un nouveau lieu emplit de nature !
La vie à Paris m’avait laissé un vide, celui que devrait occuper la nature, un vide que je n’ai ressenti nulle part ailleurs tant la vie parisienne me semble déconnectée de la vie naturelle ! Même à Tokyo, pourtant bien plus grande, je n’avais éprouvé ce manque de vert et de silence que j’éprouvais à Paris.
J’ai réalisé cela lorsque je lisais le livre Fuudo de Watsuji Tetsurô. Il explique combien il fut surpris, en arrivant en Europe, de découvrir à quel point les Européens n’ont pas de connexions avec la nature ! Au Japon, en effet, il est difficile d’échapper à la nature, même dans les plus grandes villes : il y a beaucoup de grands parcs, mais il y a aussi la mer, et surtout les tremblements de terre sont là pour nous rappeler combien nous sommes fragiles dans ce monde. Les arts japonais aussi sont guidés par cette intention de nous montrer nos limites face à la Nature : l’art du thé par exemple, nous apprend patience et humilité, les arts martiaux également, et même les arts floraux nous contraignent à réfléchir sur ce que nous observons dans la nature, et combien il est difficile de reproduire à l’identique ce que la Nature a fait sans réfléchir. Je dirai que la philosophie japonaise, ou les philosophies japonaises, nous enseignent l’humilité face à ce que nous ne pouvons connaître, tandis que les philosophies occidentales nous demandent de nous poser en maître de la Nature. Je me suis toujours sentie plus proche de la première que de la dernière, ce qui occasionnait des débats vifs avec mes professeurs de philosophie. Depuis que je suis en Savoie, je découvre un monde bien plus simple et respectueux de la Nature que celui que j’ai pu connaître à Paris ou même à Dijon.

J’en conclus que cela doit venir de la proximité des montagnes : en effet, au Japon il y a tant de montagnes que seulement ¼ du pays est habitable. En Savoie, c’est à peu près pareil. La montagne a cette vertu unique de nous montrer quand elle le désire qu’elle seule décide de la vie et de la mort. N’importe qui ici n’aura de cesse de vous mettre en garde si vous décider de partir marcher dans les hauteurs : c’est beau, mais c’est dangereux. S’écarter un peu du chemin peut s’avérer mortel, je l’ai vécu d’ailleurs à mes dépens il y a quelques années. L’Amoureux voulait alors m’impressionner en prenant un raccourci qu’il ne connaissait pas : nous avions alors manquer de tomber dans un ravin escarpé. Il nous fallut 4 heures supplémentaires de marche avant de pouvoir trouver un chemin décent pour retrouver la voie pédestre balisée. J’en fut pour toujours marquée, car par plusieurs fois nous faillîmes tomber à notre perte. J’ai retenu depuis une bonne leçon, celle que la montagne n’est ni notre amie, ni notre territoire : nous n’avons aucune prise sur elle.

Cela nous renvoie à notre propre fragilité, et nous apprend alors l’humilité. Nous ne sommes rien, et en même temps nous sommes quelque chose, puisque nous pouvons quand même franchir la montagne si nous la respectons. C’est pourquoi j’ai toujours ce sentiment de victoire en revenant de randonnée : j’ai pu gravir cette montagne qui fut bien avant moi, et qui sera bien après.

Contrairement à ce qu’il peut paraître, vivre au contact de la Nature me fait du bien. Je me prends sans cesse des rappels de ma propre fragilité, mais cela est encore plus bénéfique que l’illusion de puissance que me donnait Paris. Là-bas, j’admirais le travail des humains, certes beau, mais provisoire et fragile. Ici, j’admire le travail de la Nature, pour qui je ne compte pas, et cela me donne une paix d’âme sans égal. Je suis, et tout le monde s’en fout, cela est formidable !

Nous avons pris ces photos dans le Marais de Lavours, que je vous recommande à visiter si vous passez dans le coin : un cadre naturel préservé et gratuit, avec des explications tout le long de la promenade sur la faune et la flore locale. J’ai, pour ma part, été dévorée par les insectes, aussi munissez-vous d’Apaisyl ou d’Aloe Vera. Mais cela n’enlève pas la beauté paisible du lieu, à découvrir en toute saison.

Bécots mes chatons !



Crédit photos : L'Amoureux

* * *

Lieu : Marais de Lavours, Ain

Blouse : Monki
Pantalon* : +Lili la Tigresse
Espadrilles : +Toni Pons

* * *

Lunettes de soleil : +Fendi
Boucles d'oreilles*: +LinaPoum
Pin's: +Pony People

* * *

Tous les articles précédés de + sont des articles produits avec certitude de façon équitable (respect de la main d'oeuvre et de son savoir faire ou respect de l'environnement ou les deux à la fois).
Tous les articles suivis d'une * ont été offerts par la marque en question.




















Commentaires

  1. Coucou,

    Magnifique tes photos !

    Sarah, https://sarahmodeeee.blogspot.fr

    RépondreSupprimer
  2. Non mais j'aime trop ton univers, à chaque fois tu nous racontes une histoire avec tes photos !
    Bizzz Deltreylicious
    http://deltreylicious.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oh merci beaucoup, j'essaie de faire de mon mieux ! <3

      Supprimer
  3. c'est toujours un plaisir de voir ces photos
    tu es superbes
    gros gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci beaucoup Chacha :) bisous à toi !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre petit mot, je vous réponds au plus vite !

Facebook Twitter Instagram Pinterest Inspilia

Articles les plus consultés