1 Tenue 1 Bouquin : Ubik


Hello mes chatons,

Après quelques mois d'arrêt, la rubrique mode/littérature revient, j'ai nommé 1 Tenue 1 Bouquin ! J'avais hésité à garder cette rubrique, puisque j'ai décidé depuis juillet d'axer principalement mes textes sur des réflexions philosophiques. Je ne voyais plus trop l'intérêt de consacrer une rubrique à un mix de mode et de littérature puisque c'est devenu le leitmotiv de mon blog... Et puis finalement, je trouvais ça sympa de garder cette idée, puisque je ne vous présente que des livres de littérature et non à proprement parlé philosophiques. De quoi nous détendre (ou pas) les neurones, et puis ça me force à ouvrir mes lectures à autre chose que la philosophie. 1 Tenue 1 Bouquin est donc sauvée des eaux, on applaudit bien fort !

En plus, j'avais cette série de photos prises en juin par Fanny, qui a de multiples cordes à son arc car elle est aussi créatrice de bijoux et aquarelliste, photos que j'aime vraiment beaucoup car elles diffèrent de ce dont j'ai l'habitude de montrer ici. En plus, les dernières photos sont vraiment incroyables car elles ont été prises avec un appareil argentique ! Sans retouches ni rien, et le rendu est vraiment beau, vintage et un brin désuet, ce qui ajoute du charme à l'ambiance hors du temps que je souhaitais.

Car parlons-en de l'ambiance : une jupe galaxy, des couleurs froides et célestes... Mais oui, il semblerait que je vais vous parler science-fiction ! (qui a dit "encore !" ?)
Aujourd'hui je voulais parler de ma dernière lecture SF, Ubik, de Philip K. Dick. Qui ça ? Mais enfin, PHILIP K. DICK. Le mec qui a écrit Blade Runner, Le Maître du Haut Château et Minority Report... excusez du peu. Sans compter qu'il a inspiré un grand nombre d'oeuvres majeures dans la SF contemporaine, comme Ghost in the Shell, The Truman Show et L'Armée des 12 singes. Un immense écrivain, visionnaire, fascinant, et avec une clairvoyance incroyable. En fait j'ai l'impression que bon nombre des grands écrivains de SF sont des visionnaires, des personnes avec une finesse d'analyse de la société telle qu'ils arrivent à appréhender le futur... Des personnes avec un tel regard critique sur les sciences, une telle capacité imaginative, qu'ils arrivent à comprendre et presque prévoir le futur. A moins que le futur ne soit fortement imprégné de ces auteurs ? C'est toujours la question qui se pose dans la Science-Fiction, celle de savoir qui inspire qui, et surtout si la SF est vraiment fictionnelle... Quand on pense que certains auteurs comme Asimov étaient de très bons scientifiques et que tout ce qu'il écrit est scientifiquement possible, la SF n'a rien de si fictionnel que ça.

Ubik, je dois vous le dire, est un livre très étrange. J'ai mis beaucoup de temps à accrocher, environ 100 pages, mais après il m'était impossible de reposer le livre. Je ne me suis pas découragée en grande partie parce que c'est un livre réputé comme culte dans la SF, et je me disais qu'il me fallait absolument le connaître pour me réclamer sympathisante science-fiction, haha. Finalement, je ne regrette pas, car c'est un livre absolument brillant, qui mérite plusieurs relectures car K. Dick s'amuse à nous laisser des indices tout le long de son roman, qui sont à peine perceptibles lors d'une première lecture. C'est le genre de livre qui, une fois posé, nous appelle de loin pour nous inviter à le relire sans lassitude, le genre de roman qui nous obsède une fois terminé.

Ubik, c'est une histoire policière, qui me sera vraiment difficile de résumer sans tout vous spoiler... K. Dick s'amuse à triturer nos méninges, à jouer avec notre crédulité de lecteur et notre propre perception du réel, pour tout renverser au point de nous laisser dans une totale confusion : ce que je lis, est-ce vrai, ou bien est-ce une illusion ? Car voilà le thème de Ubik, celui de l'illusion et de la tromperie de la perception. Ubik est un terme inventé par K. Dick qui découle de "ubiquité", ce qui est double, double de l'autre mais aussi le double de soi-même. Il s'amuse ainsi à jouer avec nos nerfs, et c'est vraiment incroyable. La fin est juste dingue !

Le grand avantage de ce livre, c'est qu'il est extrêmement cinématographique. K. Dick est un génie pour peindre une scène en quelques mots, nous décrire des personnages en quelques adjectifs si bien trouvés que tout se met en place dans notre tête, presque sans effort. Alors bon, c'est à défaut de grandes analyses psychologiques, mais sans doute ça n'est pas ce que K. Dick veut nous transmettre. Ce que j'ai trouvé hallucinant c'est que chaque page me donnait l'impression de lire le scénario d'un film de cinéma, et finalement ça se confirme quand on voit le nombre de films inspirés de ses livres !

Bref, je vous recommande vivement ce livre, un peu ardu par moment, mais qui m'a donné envie de lire toute sa bibliographie !

Pour cette fois je ne vous laisse pas d'extraits du livre car je risquerai par mégarde de spoiler et je ne saurai porter cette faute sur mes épaules ;)

A très vite mes chatons !

Bécots <3


Crédit photos : Fanny (Instagram - Site - Facebook)

* * *

Lieu : Place de la Bastille, Paris

* * *

Top* : Jiuly Paris (dispo ici)
Jupe : Lindy Bop
Kimono en dentelle : +Voriagh

* * *

Turban : +Païnapulz
Bijoux : +Les Néréides
Sac : +Tammy & Benjamin

* * *

Tous les articles précédés de + sont des articles produits avec certitude de façon équitable (respect de la main d'oeuvre et de son savoir faire ou respect de l'environnement ou les deux à la fois).
Tous les articles suivis d'une * ont été offerts par la marque en question.
























Commentaires

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre petit mot, je vous réponds au plus vite !

Facebook Twitter Instagram Pinterest Inspilia

Articles les plus consultés