Le jour où j'ai découvert mon intolérance au gluten

Source

Hello mes chatons !

Aujourd'hui point de photos de ma trombine, j'ai envie de partager avec vous des bouleversements qui sont venus secoués ma vie il y a quelques mois. J'ai beaucoup hésité à en parler ici sur mon blog, car c'est très personnel et je ne voulais pas que vous pensiez que je viens étaler mes problèmes pour faire mon intéressante. Mais on me pose beaucoup de questions sur mon alimentation et mon changement de vie, du coup je me suis dit qu'en parler ici permettra peut être à quelqu'un un jour de se poser les bonnes questions sur son hygiène de vie.

Je m'explique plus en détails: il y 5 mois, j'ai découvert que j'étais intolérante au gluten.

Pour la petite anecdote, le gluten est une protéine qu'on trouve dans des céréales comme l'orge, le blé, l'avoine, ... Le blé actuel en contient énormément car à la fin de la seconde guerre mondiale, avec le boost des naissances il a fallu nourrir plus de monde, et les agriculteurs ont sélectionné des blés plein de gluten. Le gluten permet au pain de gonfler plus vite et plus fort, et le rend plus élastique, du coup plus le blé contient du gluten, moins il en faut pour faire gonfler le pain: un gain de temps, et d'argent pour les sociétés agroalimentaires. Donc depuis les années 1950 on n'arrête pas de modifier le blé, au point qu'aujourd'hui on en trouve partout: pâtés, sauces tomates, biscottes, gâteaux, etc. Mais le gluten n'est pas bon pour le corps en grande quantité car il est difficile à digérer, du coup de plus en plus de personnes ne le supportent plus après des problèmes d'intestins. En d'autres mots, le gluten actuel est en trop grande quantité partout, et ce n'est une alimentation naturelle. N'oublions pas que nous sommes des êtres naturels avant tout, et le corps est intelligent: quand c'est trop, c'est trop !

Source


Pour mieux comprendre comment j'ai découvert mon intolérance, je vous propose un flashback 3 ans en arrière. J'ai eu des problèmes de santé vraiment importants quand j'étais en deuxième année de philosophie à la fac. Au début c'était une simple infection urinaire, mais mon médecin m'a très mal prise en charge et l'infection s'est transmise aux reins, j'ai fait une pyélonéphrite (infection du piélon dans le haut des reins) qui commençait à se diffuser au point de passer en septicémie. Heureusement, j'ai la chance d'avoir une proprioception (perception de son corps) très développée, et je sentais bien que quelque de grave se passait dans mes organes, même si mon médecin me disait le contraire. J'ai donc insisté pour avoir une échographie des reins, et c'est là qu'on a découvert que l'infection se propageait.
Mais mon médecin ne m'a pas vraiment prise au sérieux là non plus: il m'a donné des antibiotiques qui n'étaient pas assez forts, et j'ai enchaîné infections urinaires sur infection, avec trois pyélonéphrites en deux ans. À la fin, j'ai eu des antibiotiques en intramusculaire (en gros: piqûre sur les fesses tous les jours pendant 15 jours, juste avant mes examens de fin d'année en philo, youpi), avec la menace d'être hospitalisée. Heureusement, ce dernier recours a marché et j'ai eu la chance de ne pas voir les murs blancs de l'hôpital, mais j'ai gardé des séquelles: un an plus tard, mon infection urinaire n'a même pas mis 12h à passer dans mes reins, et j'ai eu une quatrième pyélonéphrite extrêmement douloureuse. Je me rappelle bien, c'est la seule fois dans ma vie où la douleur était si insoutenable que j'ai simplement eu envie que tout s'arrête, même si ça signifiait la mort. Je le dis sans pathos quelconque, c'est juste que j'avais envie de ne plus avoir mal, je souffrais trop (et depuis je compatis vraiment avec les personnes qui souffrent tous les jours, et beaucoup plus que ce que j'ai ressenti. Ces personnes sont vraiment braves !). Et le must: après toutes ces infections je suis immunisée contre tous les antibiotiques utilisés pour les infections urinaires. Top, n'est-ce pas ?
Alors, qu'est-ce que ça à voir avec mon intolérance au gluten ? Eh bien, tout: ces mois d'antibiotiques m'ont complètement bousillé la flore intestinale, chose que mon médecin n'a pas prévu, ou a oublié, et il ne m'a pas donné des médicaments pour soigner mes intestins qui prenaient cher à chaque antibiotique avalé.
Ainsi, après des mois de souffrance rénale, non seulement mon rein droit est abimé à vie, mais je me retrouvais avec des douleurs abdominales insoutenables et un ventre tout le temps gonflé. J'ai mis ça sur le compte du stress, en me disant que ça allait s'améliorer. Que nenni mes amis: pendant trois ans je me suis trainé un ventre gonflé en permanence, des crampes dans le ventre, des douleurs parfois tellement aiguës que je me tordais en criant dans mon lit. Rien ne marchait: aucun médicament, aucune plante, rien ! et en plus j'avais la diarrhée tout le temps, tous les jours ou presque, manger me donnait un stress énorme. Les médecins me conseillaient d'arrêter les légumes crus, de manger plus de féculents, de manger des compotes, des fruits cuits, etc. Mais rien ne faisait effet !
L'année dernière ce fut le plus dur: tous les jours j'avais mal au ventre, et je regardais mon ventre gonfler après chaque repas, impuissante, me disant que j'étais grosse et difforme, et que c'était de ma faute.

Source


Jusqu'à ce que... je rencontre un nouveau médecin, qui m'a diagnostiquée comme ayant le syndrome du colon irritable. Je m'explique: le colon est un organe méprisé car on le cantonne au rôle du producteur de caca. Mais il est bien plus que cela ! c'est la dernière étape de la digestion, qui prend beauuuucoup plus de temps à tout bien transformer. Il peut mettre jusqu'à 12h pour digérer un repas, et c'est un organe fragile. Le mien a un sale caractère: il y a des aliments qui l'énerve au point qu'il décide de ne plus fonctionner correctement. Il se met en grève, et du coup c'est le bordel dans mes intestins. Mon médecin m'a aussi conseillé de ne plus manger de blé, de séparer le gras et le sucre (de toute façon je n'ai jamais aimé les beignets, ça m'a toujours fait mal au ventre !), de manger beaucoup de fibres. J'ai donc commencé à changer mon alimentation doucement.
C'est là que j'ai rencontré une amie, que je nommerais Nini (et qui se reconnaîtra ;) ) sur le blog. Nous nous sommes "rencontrées" sur Instagram, et sur une de mes photos avec des fritures, elle m'a simplement dit "dommage que je ne puisse plus en manger". Intriguée, je lui ai demandé pourquoi. Et c'est là qu'elle me raconte ses problèmes de santé: à peu de choses près, exactement les mêmes que les miens. Et elle me dit qu'elle est en fait devenue intolérante au gluten à cause de trop d'antibiotiques pris. Ses symptomes: les mêmes que les miens. Exactement les mêmes. Elle me suggère donc d'arrêter le gluten une petite semaine, histoire de voir si ça changera les choses. J'ai donc relevé le défi, et j'ai éliminé tout ce qui contenait dans mon alimentation.
DEUX JOURS plus tard, je n'avais plus AUCUN symptôme. Plus de ventre gonflé, plus de diarrhée, plus de crampes au ventre, plus rien. Il fallait que je me rende à l'évidence: je ne supportais plus le gluten. Quelle ironie de la vie tout de même ! Moi qui me moquais des filles qui ne mangent pas de gluten parce que c'est so trendy en ce moment, me voilà vraiment intolérante au gluten ! C'est assez comique pour être souligné ;)

Source


Voilà donc 5 mois que j'ai supprimé complètement le gluten de mon alimentation. Et vraiment, je ne me suis jamais sentie aussi bien. En lisant le livre d'une gastroentérologue allemande, j'ai découvert aussi pourquoi j'avais une dermatite douloureuse sous les bras depuis trois ans: le gluten, si on a du mal à le supporter, cause des dermatites. Les intestins en fait sont trop fatigués pour le digérer et du coup communiquent leur stress au cerveau, qui lui dans la panique fait un peu n'importe quoi pour donner des signaux de mal fonctionnement du corps. Bon Dieu, quand je pense à toutes ces fois où je me réveillais la nuit pour me gratter, les aisselles en sang, souffrant tous les jours si je transpirais trop (la sueur sur la peau à vif, c'est pas hyper sympa) ! Du jour où j'ai supprimé le gluten: plus rien. Juste des cicatrices. J'ai aussi acheté du gel d'aloe vera et un déodorant en crème bio pour soigner ma peau, et depuis je n'ai plus mal, ça ne me gratte presque plus (encore un peu quand je suis stressée mais rien à voir avec avant !), et même je vais beaucoup mieux globalement. L'année dernière je souffrais beaucoup d'une immense fatigue chronique. J'étais tous les jours crevée, sans comprendre pourquoi. Tout bêtement: mes intestins étant surchargés du gluten qu'ils ne pouvaient digérer, prenaient toute l'énergie disponible pour l'éliminer. Et quand j'ai arrêté le gluten, en même pas une semaine, je pétais le feu tous les jours ! et c'est encore le cas, j'ai vraiment beaucoup plus de tonus qu'avant.
Pour l'instant je poursuis mon alimentation sans gluten. Ce n'est pas toujours facile car j'ai du supprimer pas mal de trucs dans mon alimentation, et ça coûte plus cher, mais au moins maintenant je vais bien, tous mes problèmes sont de mauvais souvenirs. J'ai trouvé des alternatives aussi, comme la bière sans gluten, moi qui n'en buvais plus car j'avais trop mal au ventre après, avec la bière sans gluten ça va hyper bien, mon ventre reste tout plat. Du coup je suis obligée de consommer frais et bio, et de manger souvent des fruits secs et des fruits frais quand j'ai des baisses de tensions, je bois de l'eau de source spéciale, mais franchement ces contraintes en valent la peine. Mes nouvelles habitudes alimentaires sont un peu longues à expliquer, si ça vous intéresse j'en ferais un prochain article ;)

Source


Voilà en gros, mon histoire. Alors attention, je ne vous pousse pas à vous auto-diagnostiquer, mais si vous avez les mêmes soucis que moi, consultez votre médecin. Mais attention, beaucoup de médecins méprisent l'intolérance au gluten et considèrent qu'il s'agit juste d'une "mode", mais sachez que 6% de la population française souffre de cette intolérance, seulement 1% est allergique. L'intolérance signifie que le gluten est difficilement assimilable par l'organisme, mais c'est à prendre au sérieux car ça engendre d'autres problèmes pénibles à vivre au quotidien (dermatite, fatigue, irritabilité, dépression). Nous méprisons trop souvent notre appareil digestif, appelé aussi deuxième cerveau, car il est le seul ensemble d'organes à fonctionner indépendamment du cerveau. Si cette question vous intéresse, je vous suggère de lire Le charme discret de l'intestin, par Giulia Enders (les illustrations sont trop mignonnes et humoristiques, et sont réalisées par sa soeur !). Ma mère me l'a offert il y a peu et il est passionnant et instructif. Avec humour et bienveillance cette gastroentérologue allemande décortique notre système digestif, en montrant combien il faut en prendre soin. Il est accessible à n'importe qui et même si vous n'avez pas de problème de digestion je vous suggère de vous le procurer car il va vous changer la perception de votre corps !

Merci pour avoir lu mon gros pavé, je ne vous cache pas que ça m'a fait du bien de parler de tout ça. Il y a bien sûr des moments de souffrance psychologique, comme quand je suis invitée quelque part et que je ne peux rien manger et que je passe pour l'emmerdeuse de la soirée, ou comme quand je rêve que j'engloutit une baguette de pain et que je me réveille en me rappelant que c'est un rêve irréalisable. J'ai parfois envie de briser mon régime et de céder à la tentation du gluten, puis je me souviens ces crampes insoutenables que j'avais tous les soirs et je me dis que ça ne vaut vraiment pas le coup de foutre en l'air mes efforts de plusieurs mois pour un seul repas.

Alors et vous, comment vont vos intestins ? ;)

Bécos mes chatons, à très vite !


Commentaires

  1. Ah oui, effectivement ça a été des sacrés soucis de santé...Comme quoi, il y a médecin et médecin.
    C'est un peu la merde, mais comme tu dis, le corps est intelligent et il rejette ce qui est mauvais. Hors mis le fait que les aliments sans guten sont un peu plus chers (en tout cas en Espagne), cela ne peut être que du positif pour ton corps je pense...
    Bisous!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut rester à l'écoute de soi-même et être vigilante dans ce qu'on mange, souvent c'est la source de beaucoup de nos problèmes de santé ! les aliments sans gluten sont plus chers mais perso je n'en mange pas trop car il y a plein de saloperies dedans, le mieux reste de tout cuisiner soi-même malgré tout...
      bisous Anne-Sophie !

      Supprimer
  2. Fighting ! Pas facile de gérer des exclusions alimentaires, mais je veux bien faire un effort pour toi et boire de nouveau une bière sans gluten :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. roooh c'est chou :3 prochaine fois que tu viens alors ! (et sinon j'ai découvert un spot où ils font des burgers avec ou sans gluten: la parfaite alternative ? ;))

      Supprimer
  3. Je découvre ton blog sur cette intolérance que nous avons en communs... Je suis exactement dans la même phase, mes problèmes se sont empiré cet été et depuis septembre quasi pas une nuit sans une bouillotte et des anti spasmodique, j'ai repris une alimentation sans gluten à 100% ( je limitais déjà depuis des années genre pâtes sans gluten...) et depuis 1 mois seulement deux crises... Courage c'est bon d'aller bien ! ( et je fais des super pancakes gluten free !)

    RépondreSupprimer
  4. Je faisais partie de celles qui pensaient que ce n’était qu'une mode, tout comme les intolérants des ondes (d'ailleurs ça faut qu'on m'explique quand même) mais maintenant je comprends mieux :) Ca ne doit pas etre facile tous les jours, bon courage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah les intolérants des ondes je ne sais pas ce que c'est hahaha >_<
      ben le truc c'est qu'il y a une mode sans gluten un peu agaçante, et de l'autre il y a les personnes qui le font pour des raisons médicales... tu peux imaginer ma surprise en apprenant que je fais partie du second groupe T_T (une blogueuse sans gluten, mais quel cliché hahaha)

      Supprimer
  5. coucou
    Merci de nous avoir raconté tout ca, j'ai l'impression de mieux te connaitre!
    Tu sais, j'ai des soucis intestinaux aussi, par période, comme si j'avais tellement d'air dans les intestins que je prendrais bien une aiguille pour dégonfler le tout. Ca fait mal...
    Et le gastro antérologue m'a dit que je devais supprimer les plats en sauce, les pates, la mal bouffe. Depuis j'arrive à gérer mais effectivement c'est peut etre aussi le gluten, je n'en sais rien, il a mis ca sur le compte du stress qui se traduisait dans mon ventre.

    J'ai moins de crise maintenant mais si ca revient je testerai bien le sans gluten. J'aimerai beaucoup savoir ce qu'il faut faire.
    Bisous
    Aurélie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah en effet tu as des symptômes d'intolérance au gluten :/ en plus vu les conseils de ton gastro antérologue, en gros il te conseille de supprimer le gluten, car dans les pâtes et les plats en sauce il y en a beaucoup. L'intolérance au gluten est très liée au stress tu sais :) diminuer ta prise de gluten te permettra également d'être moins stressée car tes intestins ne seront pas en difficulté pour digérer et donc tu auras plus d'énergie pour réguler ton stress :)
      Je vais rédiger plusieurs articles pour faire une transition vers le sans gluten, j'espère que ça t'aidera ;)

      Supprimer
  6. J'ai appris beaucoup de choses avec ton article, alors je t'en remercie.
    Heureusement que tu as changé de médecin, il paraissait pas très compétent celui que tu avais, ça aurait pu t'éviter autant de souffrances...
    Et tu as eu de la chance de rencontrer "Nini", car tu as dû être soulagé d'avoir la "solution" pour tes problèmes même si ça nécessite une alimentation spécialisée. Mais tu as l'air de t'y être bien adaptée.
    Ca a été un plaisir de te lire.
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'ai eu beaucoup de chance après 3 ans de souffrances, ça fait du bien ! ce n'est pas très très compliqué une fois qu'on a pris l'habitude, ça rend juste un peu paranoïaque hihi ;)
      merci pour ton gentil commentaire :)
      bonne journée !

      Supprimer
  7. heureusement que tu as changé de médecin ! c'est une honte
    bisous et contente que ça aille mieux
    Bisous
    Ann'so M
    http://www.annsom-blog.com/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment honteux mais beaucoup de médecins ne prennent pas ces problèmes au sérieux malheureusement...
      merci pour tes encouragements Ann'so :)
      bisous

      Supprimer
  8. Ton message me fait pas mal réfléchir, d'une, sur certains problèmes chroniques que j'ai, puis sur l'alimentation. On m'a déjà suggéré d'arrêter le gluten afin de voir si ça en était la cause. Je n'ai pas encore essayé... Il est vrai qu'aucun médecin ne m'en a parlé jusqu'à présent. Je pensais que c'était plutôt du domaine des naturopathes...

    Je ne vais pas tout étaler ici mais en gros j'ai : De l'acné depuis mes 20 ans et j'ai découvert, en insistant auprès de mon endocrinologue ( hum hum) que j'avais des ovaires polykystiques avec une échographie. Puis j'ai souffert de problèmes d'angoisse et de dépression... Pour les angoisses, on m'avait parlé du gluten, qui pouvait tout chambouler dans notre corps et donc dans le cerveau.

    Et inutile de préciser que je comprend et compatis pour la douleur insoutenable... Que j'ai également connu -_-. La santé a un tel impact sur nos vies, au quotidien... Certains l'ignorent tant qu'ils ne l'ont pas vécu. En tout cas, heureuse que tu ai trouvé the solution !

    Du coup... Je me dis que peut-être, j'irai explorer d'autres pistes de mon coté, et pourquoi pas celle du gluten ;)

    Bisous miss

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Souvent l'intolérance au gluten explique pas mal de choses... après avoir publié cet article j'ai rencontré quelqu'un qui souffrait de douleurs articulaires qui ont disparues avec l'arrêt total du gluten :/ mon conseil: arrête le gluten un mois et vois ce que ça a changé. Si ça se trouve tu ira beaucoup mieux :) en tout cas je te le souhaite ! bisous !

      Supprimer
  9. Ouch, ça ne devait pas être facile à vivre, je ne sais pas comment vont mes intestins, à vrai dire, j'ai des troubles du comportement alimentaire, je suis aussi très difficile (ne m'invite jamais à une soirée, tu vivrais l'enfer ;) ) et souvent très nauséeuse après avoir mangé, en gros c'est pas la joie, bon je souffre d'émétophobie (moins présente qu'avant faut quand même l'avouer) ceci explique peut-être cela ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te comprends complètement, ce n'est pas facile de vivre des TCA à notre époque, beaucoup de monde ne prend pas ça au sérieux.

      Supprimer
  10. Bonjour,

    une amie m'a fait lire ton article.
    D'une en te lisant j'ai l'impression que tu te prends pour un médecin, et ne parlons même pas des commentaires...
    L'intolérance au gluten se détermine par des tests médicaux (analyses laboratoires) et pas juste comme ça, ce qui est par contre le cas de l'intolérance au gluten....
    Je trouve que certains de tes looks sont sympas, d'autres font très vieux on va dire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher "Anonyme"
      Puisque tu te prends pour un grand critique et que tu penses que ton avis est capital pour moi, tu dois savoir qu'avant de poster un commentaire il faut avoir lu correctement ce qu'on va critiquer. Ce qui n'est pas le cas avec toi car tu as loupé mon insistance sur le fait que je ne suis pas médecin et que je ne fais que relater mon expérience personnelle pour sensibiliser les gens à l'intolérance au gluten.
      D'autre part, tu t'es tellement empressé de poster ton commentaire désagréable et pas constructif pour un sou que tu ne t'es même pas relu, ce qui fait que ta seconde phrase n'a aucun sens... Alors t'es chou, mais avant de venir me faire la leçon de façon arbitraire et pleine de jugements péremptoires au moins construit ta critique pour être un peu plus crédible.
      Concernant mes looks, je te remercie pour tous tes compliments.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre petit mot, je vous réponds au plus vite !

Facebook Twitter Instagram Pinterest Inspilia

Articles les plus consultés